• Critique City Hunter Rebirth T.4 par

    City Hunter rebirth a ses fans et ses détracteurs. Certains aiment retourner dans l'oeuvre culte de Tsukasa Hojo, comme d'autres peuvent mettre en avant la comparaison avec un tableau et qu'une copie restera toujours inférieure à l'originale. J'ai envie de vous écrire que ce tome mettra peut-être tout le monde en accord, au moins scénaristiquement, puisqu'il continue ce que le dernier volume avait commencé à faire transparaître, soit, nous proposer un contenu cent pour cent inédit.

    Donc, on finit déjà la trame entamée dans le volume trois concernant le professeur des écoles libidineux, car il piège un élève qui aurait soi-disant volé les sous-vêtements de sa camarade... On se doute bien de qui il s'agit vraiment. Heureusement, ce petit garçon est devenu un protégé de Ryo et d'Umibôzu. La scène finale rappelle parfois ce que peuvent faire certains être lors d'attentats en se transformant en bombe humaine. Il est intéressant malgré l'angoisse qui peut s'en émaner, de voir nos héros dans cette situation avec un regard nouveau par rapport à l'actualité.

    Par la suite, un nouvel arc s'ouvre et se trouve encore plus passionnant, puisqu'un démon du passé de Ryo va apparaître, et va faire écho aux premiers volumes de City Hunter, car même physiquement, il rappelle d'autres ennemis américains du manga. On sait que ça va toujours bien finir, mais il met réellement en danger Umibôzu, et surtout notre petite fan issue de notre monde, Saori. D'ailleurs, est-elle responsable de ces changements par sa venue ? La tension est à son comble avec Ryo qui n'a pas eu quelqu'un du milieu à la hauteur de son talent en face de lui depuis longtemps, et l'illustration où ils dégainent leurs armes tous les deux est excellente, par ailleurs, elle illustre parfaitement mon propos. Le rythme est également respecté et sonne ici parfaitement. Bref, c'est passionnant et haletant !

    Mais, car il y a toujours un « mais », seuls quelques dessins avec des proportions non respectées sont à mettre dans la case des négatifs, surtout au niveau des visages, ça a fini par me faire mal aux yeux à quelques endroits de l'histoire, me coupant même le souffle dans ce scénario pourtant palpitant. Tout le monde n'est pas le grand Tsukasa Hojo, cela ressemble à une copie correcte, mais sans l'âme. Regardez pour l'exemple le dessin d'ouverture du chapitre 21 ! Mais, heureusement, d'autres laissent de l'espoir, comme la dernière image du 18ème.

    7

    Auray - 04 décembre 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu City Hunter Rebirth T.4 ?
Ecrire une critique