• Critique Girls last tour T.1 par

    Décidément, Omake Books nous réserve bien des surprises. Peu avant le confinement, cette géniale maison éditoriale a sorti Girls' last tour, une curieuse balade post-apocalyptique menée par deux jeunes filles évoluant à bord d'un kettenkrad, un véritable petit véhicule militaire monté sur chenilles. 

    Ce Girls 's last tour me fait un peu penser à ces jeux vidéos indés dans lesquelles on ne connait pas vraiment la finalité du jeu, son objectif mais on sait qu'on doit avancer et donc d'autant plus apprécier la beauté ou la frayeur du voyage. Au final, ce n'est pas la destination qui compte mais simplement le voyage. A priori, c'est la première du mangaka Tsukumizu qui s'est déjà vu deux fois récompensé pour cette courte série en 6 tomes. Il faut dire que ce mangaka fait fort avec cette série en dépeignant un monde en ruine, une sorte d'effrayante dystopie emmenée par un regard pourtant naïf, parfois enjoliveur, parfois pragmatique de deux fillettes qui tentent de survivre chaque jour dans ces ruines du vide. Tsukumizu mêle une combinaison attachante entre un décor froid et austère et la mélancolie touchante de ces deux héroines. Pas de sensations fortes mais des péripéties emmenés tout en douceur avec suffisamment de curiosité et de mystères pour accompagner Yuri la grande rêveuse et Chito la petite pragmatique. 

    Pour illustrer cette ballade de la survie, Tsukumizu mêle le dessin enfantin de ces personnages, un trait épurée et arrondie avec la rigueur des paysages de ruines. Il multiplie les différents plans, les différents angles de vue pour rendre le quotidien des héroines tantôt oppressant, tantôt apaisant. L'auteur sublime une atmosphère du vide qui est légèrement adoucie par la candeur de certaines scènes. Je pense notamment à la scène du bain dans un espèce de gros tuyau de canalisation. Cette existence précaire baigne aussi dans une petite réflexion douce et existentielle. Les deux jeunes filles ne font pas que survivre, elles s'interrogent également, interrogent le passé, se demander le pourquoi de l'utilité d'un livre, le pourquoi des armes. 

    L'auteur ne prend pas son lecteur par la main, il nous plonge directement dans le quotidien de ces survivantes. On lui en sera gré car cela donne vraiment une aura bien mystérieuse à ce titre tout en étant un digne récit d'anticipation. 


    8

    MassLunar - 20 mai 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Girls last tour T.1 ?
Ecrire une critique