• Critique Black Torch T.5 par

    ça y est, Black Torch tire déjà sa révérence. C’est avec un grand regret que je dois dire adieu à cette série qui n’aura fait que 5 tomes malgré sa qualité. Avec un tel univers fourni, de tels personnages attrayants et de tels dessins, je trouve que c’est du gâchis de n’avoir que 5 tomes. D’ailleurs, sur la jaquette (sous la couverture détachable), l’auteur Tsuyoshi Takaki déclare : « Malheureusement, le destin a voulu que Black Torch tire sa révérence avec ce tome... ». On comprend donc clairement que cette fin abrupte est dû à l’éditeur qui a sûrement mis un point d’arrêt à la série par manque de popularité… On sent pourtant que l’auteur avait mis beaucoup d’amour dans ce titre et ses personnages et qu’il avait préparé un univers qui pouvait tenir sur facilement 15-20 tomes. La preuve la plus irréfutable se trouve dans les dernières pages du tome consacré aux personnages et leurs futures péripéties. De sacrées aventures étaient prévues pour les personnages, à titre d’exemple :

    1. Jiro allait intégrer un lycée géré par le bureau des investigations secrètes et allait se retrouver entraîné dans une salle histoire d’assassinats et de mononoké. Il allait également rencontrer son père qui a été derrière des affaires plus que louches : « Il y a 17 ans, deux individus ont réussi à créer un mononoké : le premier était Amagi et le second le père de Jiro, quant au mononoké en question, ce n’était autre que Koga. »
    2. Reiji allait avoir une mission solo où il devait affronter un monoké pour récolter des informations et après maints duels gagner un nouveau sabre. Son chemin aurait très certainement recroisé celui de son frère possédé par un sabre démoniaque
    3. Ichika allait développer un super pouvoir de « sang brûlant » transmis dans sa famille et allait partir à la poursuite du mononoké qui a pétrifié sa mère

    J’aurais donc voulu voir plus d’action et de missions pour l’équipe de Reiji, Ichika et Jiro/Rago ou bien, en savoir plus sur le passé des personnages : comment la mère d’Ichika est morte, comment va faire le frère de Reiji et l’histoire que Rago pompe toute l’énergie vitale de Jiro ?! Etc. Bref, du beau potentiel inexploité. Cela a un côté réellement frustrant. Imaginez un peu si c’était arrivé à Naruto qui se serait arrêté après l’arc de Zabuza plié en deux-deux. On aurait eu une description du genre : La lignée des Uzumaki a souvent vu ses membres devenir les réceptacles pour Kyuubi en raison de leurs connaissances avancées des sauts et de leur importante quantité de chakra. Naruto découvrira d’ailleurs que son père était le Hokage et qu’il a sacrifié sa vie pour sauver le village. Il va alors faire face à une organisation redoutable composée de ninja renégats qui collectent tous les bijuus. Grâce à l’aide de l’ancien mentor de son père, il parviendra à une meilleure maîtrise de Kyuubi. Ou bien pour Sasuke : Sasuke va au fur et à mesure des missions se rendre compte de son impuissance et impossibilité de gagner assez de force pour se venger de son frère aîné. Il va alors céder et rejoindre le camp d’un ancien ninja renégat du trio légendaire.

    Vous imaginez, comme ça aurait été frustrant que ce manga culte s’arrête si précocement !? D’ailleurs pour jouer, essayez de mettre dans les commentaires si c’était arrivé à d’autres séries très connues !

    Pour reprendre sur cet ultime tome de la série, est-ce que l’auteur a réussi à finir sa série en beauté malgré le peu de chapitres que lui ont accordés ses éditeurs ? Je ne dirais pas que la fin est bâclée mais que l’auteur a fait de son mieux pour boucler son histoire le plus rapidement possible en ligne droite et sans chichi de manière conventionnelle. Le méchant a droit un très rapide flashback qui raconte son passé et ses motivations de manière rudimentaire. S’en suit un affrontement pas extrêmement épique et rapidement bouclé contre notre héros qui a retrouvé son pote le chat (miaou). Notre duo gagne et retrouve ses amis. FIN! Le monologue de fin de Rago est par contre bizarre et peu décontenançant. En quelques mots, il donne raison à Amagi sur le fait que tout ne reste que rapport de force dans ce monde, mais Rago ajoute que le plus important est de « choisir en son âme et conscience sur qui il faut taper et se battre face à ce qui est jugé impardonnable ».

    En tout cas, si l'auteur recommence une autre série, c'est avec plaisir que je la lirai car il a réussi à nous offrir une première série avec énormément de potentiel!

    7

    mimy28 - 05 mai 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Black Torch T.5 ?
Ecrire une critique