SELECT a.id,a.date,a.contenu as avis, u.user_id, u.username, u.user_avatar, u.user_avatar_type,u.user_regdate,a.element_id as planning_id, p.volume FROM ms8.PLANNING as p,ms8.critiques AS a LEFT JOIN ms8.phpbb3_users AS u ON a.user_id=u.user_id LEFT JOIN ms8.notes AS n ON a.element_id=n.id_fiche WHERE p.id=a.element_id AND a.id='131960'
  • Critique Happiness T.7 par

    Chaque fois que je me prépare à lire un nouveau tome de Happiness, je me dis que j'aurai peut-être enfin droit à des réponses. Le manga part de plus en plus loin, à tel point qu'à un certain stade, je ne sais plus trop où on va. Une fois de plus, le développement de l'intrigue est captivant, mais suscite toujours plus d'interrogations à coups de sous-entendus. Pour ce septième volume, nous plongeons plus en détails dans l'entre des fidèles aux vampires, qui n'en ont même pas conscience...

    Makoto ou Yûki ?

    Nous sommes toujours dans cette ambiance froide et triste, où les expressions des personnages sont presque inexistantes. Mais c'est ça qui fait la force de l'auteur et plus particulièrement de cette série. Surtout ce tome, dans un milieu hostile pour notre nouvelle protagoniste principale, que l'on suit depuis plus d'un tome déjà. Où est Makoto ? Nous n'aurons pas la réponse à cette question cette fois-ci, mais Yukiko aura tout de même avancé dans ses recherches. A la fin du tome précédent, elle s'aventurait autour du QG des « vampires » d'après la presse. En réalité, c'est plus des adorateurs de Sakurane, qui pensent avoir trouvé la voie.

    Au premier abord, la jeune femme semble prise au piège : entourée d'un groupe d'individus qui la prennent pour une journaliste, elle ne peut plus s'enfuir. Lorsque Sakurane intervient, les hommes se calment, mais elle, elle sait. Ce qu'il est, à quel point c'est un être malsain et dangereux. Et bien que rien ne soit dit explicitement, on sait instinctivement tout ce qu'elle ressent : encore une des forces d'Oshimi. Tout est en implicite, durant tout le tome, les dialogues ne sont là que pour apporter quelques précisions.

    Le trait de Shuzo Oshimi

    C'est en ça qu'il est important de bien analyser les dessins, les plans et leur angle de vue. Ils sont essentiels pour bien comprendre le titre, d'autant plus dans ce nouveau tome encore plus sombre. « Le sang du bonheur » est niché au fond des bois. Le petit ami de Yukiko tente de la retrouver là-bas, en vain. Pendant ce temps, elle découvre que Yûki est retenu prisonnier en bas, et qu'il ne parvient plus à parler. Comme il y a plusieurs années, Sakurane semble toujours aussi intéressé par lui, comme s'il était une drogue à ses yeux. Une relation toujours aussi malsaine et étonnante qu'il est difficile de comprendre pour l'instant.

    Malgré tout, on sent que tout se met en place, que des petits détails sont à retenir pour profiter pleinement de la suite : Yukiko devra faire retrouver la parole à Yûki si elle souhaite survivre. Pour Makoto, Sakurane lui affirme qu'elle pourra le voir si elle parvient à aider Yûki. Si on se fait aux précédents tomes, Makoto subit des expériences scientifiques par le gouvernement, et ne peut pas être retenu par Sakurane... Il y a quelque chose qui ne colle pas. Il lui ment sûrement pour la forcer à aider Yûki, mais si ce n'est pas le cas, il me tarde de découvrir la suite, de savoir ce qui est réellement arrivé à Makoto.

    Malgré tous les bons points de ce tome, je ne le qualifierai pas de coup de cœur comme les précédents. J'ai parfois été embrouillé par les événements et les ai trouvés moins travaillés que d'habitude, pourtant une faculté presque innée chez Shuzo Oshimi. J'ai aussi eu besoin de me concentrer plus profondément pour suivre le déroulement des actions, ce dont je n'avais pas besoin auparavant. Je suis en attente de plus, de révélations flagrantes qui changeront tout le cours du récit. Mais pour l'instant, elles savent se faire désirer...

    7

    Niwo - 31 juillet 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Happiness T.7 ?
Ecrire une critique