SELECT a.id,a.date,a.contenu as avis, n.note, u.user_id, u.username, u.user_avatar, u.user_avatar_type,u.user_regdate,a.element_id as planning_id, p.volume FROM ms8.PLANNING as p, ms8.critiques as a LEFT JOIN ms8.phpbb3_users AS u ON a.user_id=u.user_id LEFT JOIN ms8.NOTES_TOMES AS n ON a.element_id=n.planning_id AND u.user_id=n.user_id WHERE p.id=a.element_id AND a.id='35935'
  • Critique Mother's Spirit T.1 par

    Enzo qu’on découvre pour la première fois en France nous invite à suivre une histoire d’amour entre un professeur japonais et un bel étudiant étranger. Présenté par l'éditeur comme un titre véhiculant un message de tolérance à travers la thématique des différences culturelles, on est à la fois curieux et enthousiaste en débutant une lecture qu’on espère être à la hauteur de nos attentes. Nominé dans son pays au chichi BL Awards 2016 dans la catégorie meilleur manga et présent dans le classement des titres les plus appréciés par les lectrices, Mother’s spirit est parvenu à gagner le cœur des lectrices du pays du soleil levant. Va-t-il réitérer son exploit avec le public français ?


    « Ah. C'est forcément lui. Pourquoi il porte un masque ? Il l'a pris exprès ? Je veux rentrer chez moi et faire comme s'il ne s'était rien passé »


    Contraint par le président de son université d’héberger un étudiant étranger, Ryôichirô est loin de se douter que cet invité va bouleverser son paisible quotidien. 
    Qaltaqa est originaire d’une tribu qui vit à l’écart de toute civilisation. À son arrivée au Japon, ce jeune et fier guerrier est complètement perdu dans ce nouvel environnement. En plus de ne pas comprendre un mot de japonais, la moindre technologie l’effraie. Obligé de le surveiller tous les jours, Ryôichirô est exaspéré par cette situation. 
    Cependant, la peur qui s’affiche sur le visage de Qaltaqa commence peu à peu à l’attendrir. 


     « Wakatépé baboune »


    J'exagère un peu en citant une réplique du film un Indien dans la ville mais l’ambiance légère des premiers chapitres m’y a tout de même fait penser plus d’une fois. En effet, on se retrouve très vite embarqué par l’intrigue aux côtés de notre pauvre professeur japonais, Ryôchiro, qui n'a rien demandé à personne et qui se retrouve enrôlé de force dans une drôle de mésaventure. Après avoir assisté au discours enflammé de son directeur, il se voit confier la lourde tâche d'accueillir chez-lui un élève étranger.


    Ainsi, le récit prendra une tournure humoristique qui ne manquera pas de nous faire rire à plusieurs reprises. En effet, c’est tellement drôle de voir un grand gaillard prendre peur à chaque nouvelle technologie qui se trouve sur sa route et se réfugier dans les bras d’un Ryôchiro stupéfait. Ce début de relation amène à lui tout seul un vent de fraîcheur sur le genre et nous charme instantanément mettant en scène deux protagonistes aussi authentiques que désarmants de tendresse. La mangaka ne s'arrêtera pas uniquement à ces bons délires, on va suivre les progrès de Qatalqa d'un point de vue scolaire et qui se révélera touchant dans sa volonté d’emmagasiner un maximum d'informations en peu temps afin de  permettre à son peuple de s'ouvrir au monde. Des efforts qui n’échapperont pas à un Ryôchiro qui tombera peu à peu sous le charme de son petit protégé.


    « Des sentiments évoluant naturellement rendant la lecture agréable sur bien des points »


    On assistera donc à une évolution douce et sincère de leur relation. À ce niveau-là, l'auteure a pris son temps pour que cette dernière nous apparaisse aussi naturelle que possible en installant très vite une certaine notion de proximité entre ses deux personnages ; Qaltaqa semble avoir besoin de chaleur humaine pour se sentir en sécurité et Ryôchiro va forcément se sentir rapidement proche de lui. Au début, ce dernier n’était pourtant pas très emballé mais la grande beauté et la personnalité chaleureuse de Qaltaqa va lui faire peu à peu tourner la tête pour finir par occuper entièrement ses pensées. Il devra alors faire face à ses nouveaux sentiments, il se montrera d’ailleurs plutôt touchant lorsqu’il laissera parler son cœur. Et puis il faut reconnaitre que c’était juste impossible de résister à un Qatalqa qui exprime très ouvertement ses sentiments, c’est d’ailleurs l‘une des raisons pour lesquelles ses deux personnages se révèlent très agréables à découvrir et à suivre au fil des pages. C’est pratiquement un sans faute à ce niveau là surtout que Ryôchiro est assez crédible dans son rôle de tuteur et va pendant longtemps essayer de pousser Qaltaqa à rencontrer d’autres jeunes gens de son âge afin de lui donner l’opportunité de nouer d’autres liens.  Il va y avoir également cette envie de mieux comprendre l’autre avec des efforts qui seront faits des deux côtés pour y parvenir, on se rend ainsi vite compte que la barrière des langues peut vite être brisée ou qu’il est possible de se dépasser en acceptant d’affronter l’inconnu lorsqu’on est motivé par son désir de renforcer ses liens avec la personne qu’on aime.


    Par contre, l'échange culturel ne transparaitra qu’à travers les connaissances acquises par Qatalqa en vue d’aider son peuple et donc on ne découvrira que très peu de choses de ce dernier au final. On a donc une sensation de trop peu à ce niveau-là, on aurait aimé voyager et découvrir les us et coutumes des lutha. Quelques flash back nous aurait permis de mieux comprendre d’où est né  la volonté de Qaltaqa à vouloir s’ouvrir au monde même si l’auteure a tout de même fait le nécessaire en les évoquant. Heureusement, on verra apparaitre un troisième personnage qui donnera un peu plus de consistance aux enjeux de cet échange culturel et une certaine finalité avec son envie de développer un commerce d’exportation tout comme Qatalqa qui mettra tout de même à profit ses connaissances nouvellement acquises. Cela dit, il était difficile de parvenir à tout caser dans un seul volume et on se laissera malgré tout charmer par les quelques coutumes qui nous sont dévoilées et qui viennent ajouter un soupçon de romantisme bienvenu. Pour résumer, l'auteure a choisi de donner de l'importance à la naissance de son couple et de faire passer son message de tolérance à travers ce dernier ; ce qui n’est pas plus mal quand on en voit le résultat.  


    Enfin, elle n’oubliera pas de contenter les fans du genre avec des personnages qui vont se laisser emporter par leurs désirs avec une première fois sensuelle et un brin bestiale. Une accélération qui se justifiera par le désir de vouloir appartenir à l’autre au moins une fois avant d’être séparé et qui évitera la désagréable impression de voir les deux protagonistes consumer trop rapidement leurs amours comme dans la plupart des yaoi.  


    Graphiquement parlant, c’est aussi une belle réussite dans l’ensemble. On sent que l’artiste a pris beaucoup de plaisir à dessiner son titre et qu’elle s’est tirée les cheveux en utilisant la technique du tramage pour faire ressortir l’exotisme de Qatalqa tout comme les reflets  dans les cheveux de Ryôchiro ; on retrouve d’ailleurs cette petite anecdote sous la jaquette alors n’oubliez pas d’y jeter un œil. On pourra également souligner l’effort dans la mise en scène pour lui conférer un certain dynamisme avec notamment beaucoup de petites bulles venant accentuer le comic de situation à de nombreuses reprises. On appréciera sa capacité à transmettre les émotions de ses personnages à travers tout un panel d’expressions assez variées et d’un trait assuré et soigné avec à la clé un beau jeu des regards. Quant au chara design, la simplicité de celui de Ryôchiro tranche très nettement avec celui de Qatalqa doté d’une musculature impressionnante et dont les yeux ont une forme plus féline. Très agréable donc ! Rien à redire sur l’édition sauf peut-être l’utilisation d’un papier trop fin et donc un brin transparent.

    7

    snoopy - 04 avril 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Mother's Spirit T.1 ?
Ecrire une critique