• Critique Akiba's Trip par

    J'attendais cet anime dans le sens où cette saison était très peu prometteuse, donc il aurait été parmi les potentiellement moyens ou pas trop décevants.

    Et bien non, directement une bonne surprise. Je connaissais le jeu de réputation, et en ayant vu des vidéos de gameplay, mais que ce soit sur PSP ou PS3, sa non-localisation ne m'avais pas fait franchir le cap (no, me not to be "occident", me to be Français, môsieur, motha fucka biatch).

    Malgré le parti pris que l'on se doutait assurément ecchi, cet anime semble ne pas tomber dans les travers des séries actuelles, avec du fan service inutile, mal placé, racoleur au possible, comme argument de visionnage principale pour se délester de qualité et d'investissement sur les autres plans.

    Ici tout est assumé, donc la lecture est sans ambiguïté au second degré, pas le cul entre deux chaises. L'humour aussi prend un ton décalé, et même si la narration est simplifiée, on peut presque, soyons fou, s'attendre à une bribe de scénario pour accentuer son intérêt et sa cohérence jusqu'au bout. Certaines répliques bien senties me font déjà penser que le public soi-disant 14-16 ans n'est pas considéré comme le seul par la prod, qui elle n'a pas 14-16, et par envie, plaisir, amour-propre ou respect pour la partie du public qui tend à se rapprocher d'elle mentalement (j’espère prétendre pouvoir en faire partie), ne s'est pas contentée du minimum syndical standardisé pour prépubère "japanotaku".

    Les scènes de baston m'ont d'ailleurs parues particulièrement rythmées et efficaces, dans un registre où l'on rogne allègrement dessus par souci d'économie et de focalisation thématique.

    Oui, j’espère que cette série continuera comme elle le fait à jouer sur tous les tableaux de ce qui est bon à regarder quand on a pas envie de se prendre la tête, humour, action et rinçage d'yeux.

    Animé bien dosé, spectateur bien posé ;)

    9

    Willos - 31 mai 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Akiba's Trip ?
Ecrire une critique