• Critique Yûna de la pension Yuragi par

    C’est frais, léger, sexy, assez drôle, mais vu et revu.
    Je pense qu’on peut vite résumer ce manga comme étant une nouvelle version de Love Hina. C’est la même histoire mais modernisée, plus dynamique, et avec beaucoup d’événements dans le domaine du fantastique.
    Yuna elle-même est, au niveau comportemental, un véritable clone de Lala dans la série To Love (trouble/darkness). Extrêmement gentille, à la recherche de l’attention du héros, maladroite avec ses pouvoirs, et se retrouvant à moitié nue à la moindre occasion.
    C’est un manga harem, rien de neuf à l’horizon, on n’y trouvera pas de ressort scénaristique fascinant ou de claques auxquelles on repense une fois le livre fermé…
    Mais si on veut se détendre, après une grosse journée de boulot ou d’école, et qu’on aime le côté ecchi, ce manga remplira parfaitement son rôle et devrait vous faire esquisser quelques sourires…

    7

    Kezdun - 14 novembre 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Yûna de la pension Yuragi ?
Ecrire une critique