• Critique Mei Lanfang T.1 par

    On change quelque peu de décor cette fois avec quelques mots sur un manhua dont le premier volume est paru en 2016 chez Urban China (label affilié à Kana pour rappel) : Mei Lanfang, série terminée en 5 volumes, et qui nous plonge dans le quotidien d’une des légendes de l’Opéra de Pékin.

    L’une des vocations du label Urban China est de nous faire découvrir la culture chinoise, souvent méconnue par les occidentaux. Et c’est exactement ce que Ying Lin nous propose avec ce titre, ancré dans l’histoire chinoise et abordant un pan de la culture de l’Empire du milieu que nous ne connaissons que vaguement. Après s’être longuement documentée (la postface nous en apprend d’ailleurs plus à la fois sur l’Opéra de Pékin mais aussi sur la genèse du titre), c’est une immersion totale qui se présente à nous avec un soin tout particulier apporté aux décors, vêtements, bâtiments et accessoires de l’époque.

    On suit donc ici Mei Lanfang, enfant destiné à devenir un grand acteur, tout comme sa famille avant lui, et qui doit donc suivre son apprentissage auprès d’un maître. On découvre en quoi consiste ce rôle, son importance dans la Chine du début du 20ème siècle (le début de notre histoire se déroule en 1904), ainsi que les figures de proue de cet art ou encore les rivaux et amis de notre héros, lui qui pensait ne pas pouvoir faire carrière. C’est beau, intéressant, poétique par instant, et très clairement dépaysant. Comme dit plus haut, l’immersion est totale et l’effet est saisissant.

    8

    ivan isaak - 29 avril 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Mei Lanfang T.1 ?
Ecrire une critique