• Critique Le Dîner de cons par

    Takumi au volant de la 86 affronte Nakazato et sa GT-R. Les frères Takahashi décident de les suivre afin de mieux comprendre la manière de piloter de Takumi.

    Alors que la GT-R est nettement plus puissante que la 86, les spectateurs auront la confirmation des talents de pilotes incroyables de Takumi, aidé il est vrai par les modifications apportées au bolide par son père… Malgré ses différents succès et sa remarquable conduite de la 86, Takumi ressent de plus en plus le besoin d’avoir sa propre voiture. Et le fait qu’Itsuki en ait acheté une ne fera que renforcer son désir. De son côté, Iketani a un accrochage avec un pilote inconnu. C’est bien évidemment Takumi qui se retrouvera embarqué dans un nouveau duel.

    La moitié du volume concerne ce duel Takumi/Nakazato. Comme lors d’un shônen de combat classique, la présence des frères Takahashi derrière les deux pilotes est utilisée pour commenter les actions des deux participants. Classique, mais terriblement efficace. Le découpage lors des scènes de course de Shuichi Shigeno est parfait, donnant aux évènements la vivacité et le dynamisme qu’il faut. Le principal problème du titre, hormis le fait qu’il va falloir une plus grande diversité au sein du scénario afin d’éviter l’installation d’une routine (un nouveau pilote arrive, duel avec Takumi, Takumi gagne, un nouveau pilote arrive, duel avec Takumi, Takumi gagne…), reste les difficultés rencontrées par Shigeno dans le design de ses personnages. Les émotions passent très difficilement et en dehors des scènes de courses, les postures des personnages paraissent peu naturelles (exemple flagrant avec Itsuki et Takumi aux pages 120 et 121).

    Un nouveau volume d’Initial D qui se lit facilement, avec son lot de rebondissements. Cela reste pour le moment efficace même si le scénario semble déjà relativement linéaire…

    -

    ivan isaak - 16 août 2009

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Le Dîner de cons ?
Ecrire une critique