• Critique L'amour à l'excès T.11 par

    Voici enfin le dernier tome de cette petite romance lycéenne toute mignonne sur fond de basket. Elle est extrêmement classique, comme tout ce que propose Nana Haruta, qui publie dans un magazine plutôt à destination des jeunes lectrice, qui explique ce choix, mais elle fait passer un bon moment grâce à des personnages attachants et bien écrits.

    L'autrice ayant décidé de conclure, elle tente dans ce 11e volume de clôturer tous les fils qu'elle avait lancés précédemment et le plus important qu'elle avait laissé en suspens est celui de Toba, le capitaine de l'équipe. Au fil des aventures de Tsubasa et Aki, le jeune homme, avait été le confident des deux amoureux et en particulier celui de Tsubasa, dont il était très proche. Il a donc naturellement développé des sentiments pour elle. Une fois celle-ci officiellement avec Aki, il ne parvient plus à gérer sa déconvenue.

    Dans ce dernier opus, Nana Haruta décide, de manière assez surprenante, de mettre au centre la déception sentimentale du troisième côté du triangle amoureux de nos héros. C'est rare de voir une telle chose parce que les auteurs ont tendance à l'abandonner sur le bas côté, alors j'ai été ravie que ce soit le cas ici, même si du coup, les débuts furent un peu plombant. La façon dont elle dépeint la déception de Toba et ses réactions pourront agacer le lecteur au début, mais l'autrice en fait décrit avec finesse cette déception qui pousse à vouloir couper les ponts pour ne plus souffrir.

    Heureusement comme c'est une série optimiste, la force de l'amitié des héros, qui se sont soudés autour de leur passion pour le basket, va sauver Toba. Et on terminera la série sur une ambiance bien plus positive avec le match tant attendu face à leurs grands rivaux ainsi que des petits moments tout mignons entre les héros maintenant que la déception du troisième est réglée. C'est gentillet et mignon tout plein même si ça ne casse pas trois pattes à un canard. Mais l'autrice reconnait être contente de ce qu'elle a proposé parce qu'elle voulait une héroïne profondément gentille, ce que certains peuvent critiquer mais pour elle c'est une très grande vertu. Elle voulait aussi un héros qui ne soit pas sombre et ténébreux comme c'est à la mode, ni piquant et provoquant, ni le clown de service. Elle a donc choisi quelque chose d'autre et c'est ainsi qu'est né Aki. J'ai aimé découvrir le processus de création de l'autrice et je ne peux effectivement que conclure qu'elle a réussi à proposer un héros qui tranche oui, même s'il était parfois trop apathique pour moi ^^!






    PS : Panini propose ce dernier tome sans jaquette, ce qui ne me dérange pas personnellement, et avec une meilleure adaptation graphique que la dernière fois. Bonne nouvelle !

    6

    Tampopo24 - 11 octobre 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu L'amour à l'excès T.11 ?
Ecrire une critique