• Critique ReLIFE T.14 par

    L'avant-dernier volume de Relife est paru, et il est très bon. Je suis cette série depuis le premier, et j'ai plutôt hâte d'entamer cette lecture, car, on n'est pas loin de la série parfaite à tous niveaux. De plus, on a début et une fin ! Ça fait bizarre d'écrire cette évidence, mais pour ceux qui lisent les mangas depuis longtemps, ils savent que ça vaut de l'or, car les bonnes séries qui ne finissent pas vraiment ou qui n'ont pas un final à la hauteur de nos espérances, il y en a à foison dans ce monde où les publications peuvent parfois s'arrêter d'un coup de vote du public.

    Ici, déjà, c'est une web-série, donc cette loi est caduque, et c'est tant mieux. Ce tome se préoccupe de préparer au mieux le final. Quelques explications seront disséminées par Ryo ou An... quand elle ne s'écroule pas à voir l'amour d'Arata et Chizuru avancer sans fin vers la condamnation d'un oubli éternel, lié à al fameuse pilule prise au début pour rajeunir.

    D'ailleurs, nous nous arrêtons deux secondes en cours de tome pour voir l'évolution de la personnalité du jeune homme à la suite de sa malheureuse expérience dans une entreprise. Celui-ci, plus qu'un retour en arrière, il a pu véritablement se réconcilier avec son passé à l'aide de ses camarades de classe par exemple. J'espère justement qu'ils ne seront pas oubli » sur la fin, ici on clot leurs vies au lycée, mais aura-t-on un aperçu de leur vie d'adulte ? On est en droit de se poser la question tant Kariu ou Oga ont apporté à ce titre.

    Tant de sentiments résonnent en nous lors de la lecture de ce tome 14, et n'est-ce pas ce que nous recherchons ? Plus que de donner un point de vue adulte sur l'importance d'une jeunesse riche, c'est une vraie allégorie de ce qui ne va pas dans les rapports humains et de la collectivité en entreprise, toujours trop fortement hiérarchisée. L'amour et l'amitié sauveront-ils ces âmes en peine ?

    10

    Auray - 20 novembre 2020

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu ReLIFE T.14 ?
Ecrire une critique