SELECT a.id,a.date,a.contenu as avis, n.note, u.user_id, u.username, u.user_avatar, u.user_avatar_type,u.user_regdate,a.id_fiche as serie_id FROM ms8.critiques AS a LEFT JOIN ms8.phpbb3_users AS u ON a.user_id=u.user_id LEFT JOIN ms8.notes AS n ON a.element_id=n.id_fiche AND u.user_id=n.id_user WHERE a.id='19435' AND a.valid=1
  • Critique Beyond Evil par

    Après une scène de poker digne d'un film de mafia ou d'arnaque, qui plante le décor sur l'univers fantastico-mafieux de Beyond evil, on va retrouver notre protagoniste Gôta, jeune lycéen, allure décontractée, confiant et n'aimant apparemment pas être provoqué...

    Effectivement suite à une provocation d'une poignée de voyous sur le trajet de son lycée, Gôta se voit dans l'obligation de leur répondre, et de leur administrer une petite séance de savoir-vivre à base de poings(:p). Le problème réglé, il repart tranquillement quand sonne son téléphone, au bout du fil, on ne le saura que plus tard, Victor un démon, qui va proposer un contrat au jeune Gôta, qui n'a d'autre choix que de l'accepter, en effet un des voyous s'étant déjà relevé et s’apprête, barre de fer en main, à frapper violemment Gôta.

    C'est ainsi que Gôta va se retrouver embarqué dans un monde dont il ignorait l'existence jusqu'à présent, une sorte de monde souterrain ou de société parallèle à la notre,le monde des démons, qui coexiste et évolue naturellement dans la même réalité. Va s'en suivre différentes "affaires" où Gôta et Victor travailleront de concert pour les résoudre, la première un classique cas d'ijime ( élève subissant des brimades et/ou victime de rackets)qui va nous relier à la première scène et nous plonger définitivement dans l'intrigue et l'univers du manga.

    Dans Beyond Evil, les démons ressemblent plus à des yakuza qu'à des êtres surnaturels, du moins au premier abord, costume trois-pièces impeccable, bien coiffé, attitude calme, manipulateurs, Victor en est le meilleur exemple, si ce n'était pas pour ses yeux noirs, on les prendrait à sans méprendre pour des mafieux. De même, certains démons plus puissants ont des territoires propres sous leur coupe et qui délimitent leur champ d'action, Victor fait évidemment partie de cette classe là. Extorsion, chantage, recouvrement de dettes, etc pareil leur champ d'activité semble être le même que par une mafia classique, à ceci près que les démons se servent de contrat basé sur la durée de vie des contractants comme monnaie d'échange de leurs futures faveurs, qu'ils viendront collecter le moment venu. (pour ce qui est des démons et leur fonctionnement on a un petit coté Supernatural, la série, pour ceux qui connaissent, avec des démons aux yeux noirs, les histoires de contrats en échange d'une durée de vie définie que la personne cède)

    On va donc au fil de ces deux premiers tomes suivre Gôta et Victor, qui vont régler des affaires qui se passent sur le territoire de Victor, Gôta étant par la force des choses devenu une sorte d'assistant pour le démon. On va vite comprendre que Victor n'est pas un démon classique, n'hésitant pas en s'en prendre à ses congénères si il le faut (on notera au passage que la plupart des autres Démons que croisent Victor semblent avoir un grief envers lui...) , et que son choix de piéger et de choisir Gôta n'était pas non plus le fruit du hasard, en effet le jeune lycéen est spécial et semble intéressé Victor au plus haut au point. Bien sur, c'est sur la relation Victor/Gôta que va s'articuler l'intrigue, et le mystère qui entoure leurs vrais identités respectives et leurs motivations, Victor a l'air d'avoir également un grand secret en rapport avec une "certaine chose" et un agenda particulier pour Gôta dans le futur, à n'en pas douter en rapport avec ce même secret.

    Coté récit, c'est bien ficelé, les affaires sont rythmées, et le tandem Victor/Gôta est plaisant à suivre, en ce qui concerne la nature des affaires, on va avoir un panel assez large et varié de situations, bien qu'un peu clichées parfois mais qui correspondent bien à des maux de la société actuelle au japon ( et plus généralement toutes les sociétés civilisées avancées la notre y compris), élève victime de racket, employé au chômage qui ment à sa famille, lycéenne aux tendances suicidaires, voilà plus ou moins le programme , mais à partir du tome 2 , on va délaisser les petites affaires courantes et commencer une affaire plus longue et plus développée qui va nous plonger encore en peu plus dans le coté fantastique de l'histoire mais qui aura de lourdes répercussions sur notre héros et un de ses proches.
    Doté de magnifiques couvertures, on était en droit d'espérer un dessin plus élaboré à l’intérieur, hélas ça reste plutôt classique , rien d'exceptionnel, que ce soit sur la qualité de la mise en scène ou le découpage là aussi pas beaucoup de prise de risque ou d'originalité si ce n'est en fin de tome 2. Il n'en reste pas moins que les personnages sont réussis, charismatiques, on regrettera seulement, des background peu détaillés, et le manque de fantaisie ou de détails en général. Mais on va être honnête, c'est surtout et avant tout le scénario et l'ambiance qui sont les points forts de ce titre, et les dessins les servent bien.

    A mi-chemin de cette série courte de 4 tomes, l'auteur a bien fait avancer l'histoire en parsemant d'indices et de pistes pour la suite tout en ménageant le suspense et le mystère entourant Victor, on comprend que ce dernier, sous couvert de faire résoudre les problèmes sur son territoire par Gôta ou lors des altercations avec d'autres démons , avait principalement pour but de mettre le jeune à l'épreuve et d'observer d'un œil avisé son "évolution". On a hâte de connaitre le fin mot de l’histoire et voir comment va évoluer la relation entre Victor et Gôta. A noter que le coté fantastique du titre est savamment dosé, les auteurs n'en font pas trop, et on reste principalement dans une ambiance urbaine sobre, les démons n'étant pas une entité à part de la réalité, mais bel et bien une composante à part entière évoluant naturellement dans celle ci. Un titre vraiment intéressant.

    8

    Derelict - 26 mars 2016

    1 membre aime | Vous avez aimé cette critique Annuler
Vous avez lu Beyond Evil ?
Ecrire une critique