SELECT a.id,a.date,a.contenu as avis, n.note, u.user_id, u.username, u.user_avatar, u.user_avatar_type,u.user_regdate,a.id_fiche as serie_id FROM ms8.critiques AS a LEFT JOIN ms8.phpbb3_users AS u ON a.user_id=u.user_id LEFT JOIN ms8.notes AS n ON a.element_id=n.id_fiche AND u.user_id=n.id_user WHERE a.id='23781' AND a.valid=1
  • Critique Magical Girl Boy par

    Après avoir revisité le genre Magical Girl dans un style plus horrifique et plus sombre avec Magical Girl of the End et Magical Girl Site, les éditions Akata nous proposent désormais une parodie loufoque du genre.

    Magical Girl Boy suit Saki, une jeune fille membre d’un groupe d’idoles au piètre succès et folle de désirs pour le frère de sa meilleure amie. Un beau jour, un homme ayant tout d’un yakuza frappe à sa porte et lui propose de devenir une magical girl comme le fût sa mère, aujourd’hui à la retraite à cause d’un lumbago. Abasourdie, elle n’a d’autre choix que d’accepter cette nouvelle force lorsqu’elle découvre que l’homme de son cœur est attaqué par des créatures à la fois mignonnes et répugnantes. Et une chose est certaine, c’est de la force physique qu’elle obtient avec son nouveau corps de mâle fort et musclé.

    Cette série terminée en deux tomes aborde dans l’absurde le phénomène japonais qu’est le genre Magical Girl. Les codes du genre sont revus et brillamment maltraités. Une mascotte qui n’a plus rien d’adorable avec sa tête de yakuza, une héroïne dont la transformation n’est pas seulement d’ordre vestimentaire mais aussi génital, une baguette qui n’a d’autre utilité que de servir de matraque, un homme désiré par l’héroïne qui s’avère pourtant bien insipide, des forces du mal plutôt mignonnes… Tout y passe ! Les clichés du genre sont bien présents et accentués pour rendre le tout encore plus risible, quitte à parfois les tourner au ridicule. L’amour est la clé de la transformation de nos jeunes héroïnes. L’hétérosexualité comme l’homosexualité sont d’ailleurs habillement exploitées pour donner lieu à des scènes très cocasses. Une pointe de fanservice inversée vient également s’ajouter à la multitude d’absurdités qui font que le répit n’est pas vraiment de mise dans ces deux tomes. Des petites culottes, des tentacules et des poses suggestives prises par un corps masculin, tout est dans la bouffonnerie pour vous procurer votre dose de fous rires.

    Du côté des personnages, nous avons un panel très intéressant. De la jeune fille plutôt terre-à-terre à sa meilleure amie excessivement amoureuse d’elle, de la mascotte terrifiante et agressive au futur roi de la magie sournois, en passant par un manager démesurément fanatique, vous allez trouver votre bonheur en chacun d’eux. Même du côté du jeune Mohiro dont est amoureuse l’héroïne. Il semble ici assimilé à une jeune princesse constamment visée par les forces obscures : totalement déconnecté de la réalité et semblant sans aucun intérêt, il saura au bon moment vous surprendre, surtout par son extraordinaire capacité qui est un clin d’œil parodique à de grandes héroïnes de Disney.

    Vous l’aurez compris, Magical Girl Boy est une excellente série courte qui vous fera passer de bons moments délirants malgré une fin timide et plutôt classique. Elle vous invitera à découvrir le genre Magical Girl d’un œil nouveau et marquera à coup sûr votre esprit !

    8

    Neginator - 25 mars 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Magical Girl Boy ?
Ecrire une critique