• Critique Growing love T.1 par

    Avec Growing Love, Taifu nous sort un shonen-ai tout mignon dépourvu de tout passage explicite. Une romance adolescente donc, s'inscrivant dans la continuité de l'oeuvre précédente de l'auteure mais pouvant très bien être lue de façon totalement indépendante.

    Il sera donc ici question de Rin, collégien au début de l'histoire, et (comme le titre de la série l'indique si bien) de son histoire naissante avec son ami d'enfance. Amateurs d'histoires matures ou allergiques à la romance pure, autant prévenir, ce one-shot aura bien du mal à passer... Pourtant, Growing Love parvient tout de même à éviter de sombrer dans la niaiserie.

    Si, à l'image de l'héroïne de shôjo de base, Rin est un personnage sacrément passif, incapable de se bouger sans que son entourage ne le pousse, Kyo Kitazawa évite de rendre son personnage (trop) nunuche et surtout, met tellement l'accent sur les proches en question qu'il en résulte l'impression rafraîchissante de voir les parents et amis veiller de façon bienveillante sur l'idylle. Et ça, mine de rien, ça contribue pour beaucoup au charme du titre! Et tant pis si ce climat d'acceptation générale sonne trop beau pour être réaliste, c'est frais, c'est léger.
    Ici, aucune complication extérieure, apprivoiser leurs sentiments étant déjà bien assez difficile pour les deux jeunes gens, entre un Rin qui ne sait pas très bien ce qu'il veut et un Kiyo qui ne le sait que trop bien. Les deux adolescents passeront donc le tome entier à se chercher, dans un climat de "je t'aime moi non plus", et même si certaines ficelles sont vraiment téléphonées, le tout reste suffisamment acceptable pour le genre du récit, et surtout le déroulement de la romance reste crédible.

    Kyo Kitazawa fait du bisounours et l'assume, n'essaie pas de faire original, s'en tient à sa recette de base, et c'est sans doute pour ça que son titre fonctionne. On voit que l'auteure aime ses personnages, un fait suffisamment rare pour être souligné.

    Graphiquement, c'est plutôt joli sans être transcendant. Si les cheveux et lèvres des personnages sont vraiment agréables à voir, on restera plus dubitatifs sur le rendu des yeux, notamment ceux de Rin dés qu'il se met à pleurer. Le problème, c'est qu'il pleure souvent... Notons aussi la présence envahissante des chibi, avec laquelle l'auteure a eu la main lourde.

    Côté édition, Taïfu a fait du bon boulot: l'impression est nickel, sauvegardant la finesse du trait de l'auteure; une page couleur est présente en début de tome; la reliure semble de qualité et le tome, ni trop souple ni trop rigide, est agréable à tenir en main. (Et en plus, le livre sent bon!)

    En résumé, Growing Love est un shonen-ai sympathique qui, s'il ne convertira pas au genre les détracteurs, saura convaincre sans mal ses amateurs de par son côté frais, léger, et son capital bonne humeur. Un peu de douceur, ça ne fait pas de mal de temps en temps.

    6

    Pois0n - 24 juin 2015

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Growing love T.1 ?
Ecrire une critique