SELECT a.id,a.date,a.contenu as avis, n.note, u.user_id, u.username, u.user_avatar, u.user_avatar_type,u.user_regdate,a.element_id as planning_id, p.volume FROM ms8.PLANNING as p, ms8.critiques as a LEFT JOIN ms8.phpbb3_users AS u ON a.user_id=u.user_id LEFT JOIN ms8.NOTES_TOMES AS n ON a.element_id=n.planning_id AND u.user_id=n.user_id WHERE p.id=a.element_id AND a.id='36296'
  • Critique Dark goddess T.2 par

    Après un premier tome prometteur où les évènements ne faisaient qu'à peine décoller, on en attendait en tout logique beaucoup de ce second volume, la série devant déjà se terminer avec le suivant. Au final, si la qualité est indubitablement toujours là, il y a de quoi commencer à craindre d'avoir affaire à une série avortée... On ne peut en effet pas dire que le fil rouge progresse durant les quelque 200 pages de ce tome !


     Sos fantômes


    La première moitié introduit un nouveau personnage : Haruka, une camarade de classe de Nagare, possédant la très pratique faculté de voir les esprits. Un don grâce auquel la demoiselle ne tarde pas à lancer Nagare et Anjo dans une enquête surnaturelle à propos de suicides en série frappant de futurs mariés...


    Cette partie du livre fleure bon le « Supernatural » et s'avère, si ce n'est sans surprise, intéressante et bien foutue, avec pour adversaire un yôkai au design foutrement réussi. Côté action, ce n'est pas très mouvementé, mais quand ça l'est, visuellement, c'est une vraie tuerie (au propre comme au figuré) !


     


    Cependant, pendant ce temps, les choses n'avancent pas vraiment... et si Mukuroha fait une apparition éclair, son rôle se révèle finalement très anecdotique. A ce stade, on se demande comment Tôru Fujisawa et Hirokazu Ochiai vont bien pouvoir boucler correctement leur histoire. La seconde partie du tome est en effet découpée entre un problème vite résolu semblant ne servir qu'à mettre en valeur les compétences d'un héros supplémentaire, et deux histoires bonus. La première, redondante vis-à-vis de l'histoire principale, ne fait que résumer le rapport de force entre Nagare et Anjo (sans oublier de rappeler, une fois de plus, l'amour futile de cette dernière pour les fringues). La seconde, plus sympathique, est indirectement liée au personnage découvert en fin de volume et prouve une fois de plus que les deux auteurs ne manquent pas de ressources lorsqu'il s'agit de mettre en scène des créatures... disons, originales. Un chapitre qui aurait très bien pu être intégré normalement à la suite du reste.

    Bref, la série est toujours aussi bonne même si, scénaristiquement, on en est au point mort. Sans doute ne faut-il de ce côté-là plus trop en espérer et y voir plutôt une sympathique tranche-de-vie avec une déesse qui porte la poisse, agrémentée de quelques visites hostiles. En tant que tel, Dark Goddess est une franche réussite.
    … A voir si sa conclusion parviendra à maintenir ce ressenti.

    7

    Pois0n - 22 décembre 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Dark goddess T.2 ?
Ecrire une critique