• Critique U2 - Go Home par

    Alors qu'il se rapproche doucement de Miyuki, Suekichi supporte de plus en plus difficilement la présence d'Aya dans son appartement.

    Suite dans ce 4ème volume des péripéties de Suekichi et des membres de la troupe de théâtre dont il fait partie. Afin de déménager, Suekichi obtient de la part de Mr Tatsumi une "petite" avance sur l'héritage. Mais cette dernière se retrouvera très vite dépensée suite à un malheureux incident. Notre héros sera donc amené à vivre tantôt chez Ikezu, tantôt sous un pont. Sa relation avec Miyuki prend une autre tournure alors que l'on apprend que cette dernière participe à un plan monté par Mr Tatsumi et l'ancien fiancé d'Aya. Mais lorsque Suekichi participe à la réception donnée pour célébrer le premier anniversaire de la mort de son grand-père, un évènement imprévu remet en cause beaucoup de choses...

    La lecture d'Asatte Dance laisse toujours une drôle d'impression. S'attaquant à la description des difficultés rencontrées par les jeunes pour rentrer dans la vie active, à leur rapport à l'argent, à leur manière de gérer leurs relations amoureuses, Yamamoto multiplie les sujets abordés de manière plus ou moins réussie. L'humour toujours présent, que ce soit dans les situations ou avec l'apparition de certains personnages (le yakuza en tête), permet de passer un moment plutôt agréable à la lecture malgré un trait maladroit qui a très mal vieillit (le titre a 15 ans). Et le titre contient toujours ses quelques scènes érotiques qui lui valent d'être classé dans la collection Émoi de Tonkam (à noter d'ailleurs que ce volume est le premier où le sigle -16 est nettement visible sur la couverture).

    Asatte Dance est un titre qui peine à convaincre. Même si certains questionnements sont intéressants, son déroulement est dans l'ensemble assez décousu. Le coup de théâtre de fin de volume devrait booster le prochain tome.

    -

    ivan isaak - 12 août 2009

    1 membre aime | Vous avez aimé cette critique Annuler
Vous avez lu U2 - Go Home ?
Ecrire une critique