• Critique 10 count T.6 par

    Après Graineliers, me voici de retour avec le tome final de Ten Count, oeuvre la plus longue de Rihito Takarai. Je n'ai pas spécialement chroniqué la série, mais étant donné que c'est un coup de cœur depuis le tout début, je me devais d'en parler avant de passer à autre chose. Ten Count n'est pas une oeuvre tout publique puisqu'elle met en avant des thématiques parfois assez crues, mais ça reste un très bon titre excellemment ficelé de bout en bout. Et ce sixième tome nous apporte tout ce dont on aurait pu rêver : Une belle fin imparfaite mais douce et réaliste.

    Passer à autre chose pour accéder à l'amour éternel.

    Il y avait plusieurs choses à régler dans la vie respective des personnages avant d'espérer une fin décente. Et fort heureusement, pour Ten Count, c'est très bien réussi. Même si la série aurait eu le potentiel de continuer, nous avons eu des réponses à nos questions et c'est suffisant, bien que pas totalement satisfaisant. C'est d'ailleurs pour cela que je ne peux mettre une note plus haute à ce tome, malgré le fait qu'il soit très bien tel qu'il est. Pour Shirotani, nous devons savoir où en était sa mysophobie et si son ressenti malsain envers son père pouvait être un frein à une relation épanouie. Je vous le dis tout de suite, il n'est pas guéri de sa maladie. C'est un combat de tous les jours pour réussir à passer au-dessus, et je suis très heureux que l'autrice n'ait pas facilité la chose en considérant sa progression comme acquise et définitive. Shirotani souffre de mysophobie et même s'il a fait énormément de progrès, dans la vie de tous les jours, ce n'est pas toujours facile. L'autrice a trouvé le juste milieu entre évolution nulle et trop envahissante.

    Concernant son père, disons qu'il réussit à aller de l'avant. Il revoit la jeune femme avec laquelle son père avait couché et qui avait provoqué en partie cette phobie, et décide de faire un trait sur le passé et des efforts pour s'en remettre. Nous sommes heureux de l'apprendre. Pour Kurose, l'enjeu était de savoir s'il allait se pardonner pour son premier amour, mysophobe également qu'il pense avoir détruit. Je ne dirais pas tout à ce propos pour éviter d'aller trop loin dans le spoil, mais disons qu'à travers Shirotani, il a trouvé le moyen de se racheter et se permettre de réellement tomber amoureux. C'est tout ce que j'en attendais.

    Et leur histoire d'amour ?

    Dans le cinquième tome, on ne savait pas tellement s'ils couchaient juste ensemble ou s'ils sortaient vraiment ensemble, et eux non plus. Je savais déjà que dans ce tome final, leur relation allait évoluer donc l'intérêt ne vient pas de là. Le fait est qu'ils se complètent et s'apportent chacun quelque chose de fort, de part leurs passés respectifs. Et ça intensifie d'autant plus leurs sentiments et la façon dont on peut les voir et ça, j'apprécie. Ten Count a toujours été parfait, sombre mais pas trop, choquant mais justifié, avec deux protagonistes qui ont du charisme, des personnalités assez fortes et malsaines en soi, mais qui vont ensemble.

    Mon plus grand regret, c'est que la série soit déjà terminée. Si l'autrice a décidé de s'arrêter là, je le respecte mais je dois admettre que j'aurais aimé en découvrir plus. Les suivre plus longtemps afin d'avoir une vision plus large les concernant. Je pense que Ten Count avait le potentiel de durer encore un peu, et je reste sur ma faim.

    8

    Niwo - 26 février 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu 10 count T.6 ?
Ecrire une critique