SELECT a.id,a.date,a.contenu as avis, u.user_id, u.username, u.user_avatar, u.user_avatar_type,u.user_regdate, a.element_id as serie_id FROM ms8.critiques as a LEFT JOIN ms8.phpbb3_users AS u ON a.user_id=u.user_id WHERE a.id='23606'
  • Critique Bleach - Film 1 - Memories of Nobody par

    Premier long-métrage tiré du manga à succès Bleach (édité en France par Glénat), Memories of Nobody s’inscrit chronologiquement après l’arc Soul Society (fin de la première saison animée disponible chez Kaze) et est sorti sur les écrans nippons en 2006.

    Alors qu’ils poursuivent tranquillement leur travail de Shinigami dans le monde des humains, Ichigo et Rukia se retrouvent face à une multitude d’êtres blancs à chapeaux rouges. Une mystérieuse jeune fille apparait soudainement et élimine tous les intrus en utilisant son zanpakuto. Il s’agit visiblement d’une shinigami mais hormis son nom, Senna, elle n’est pas en mesure de donner plus d’indication à Ichigo et Rukia. Dans le même temps, l’état de crise est déclaré au Seireitei : le reflet du monde des humains est apparu dans le ciel. Une mystérieuse organisation semble en être à l’origine. Son but : faire fusionner le Seireitei et le monde des humains afin de détruire les 2 mondes…

    Malgré un poster présent dans le coffret DVD du film nous permettant de connaitre les bases de l’univers Bleach, une connaissance préalable de la série est indispensable pour espérer comprendre facilement ce film. Comme souvent dans ces cas-là, l’histoire de Memories of Nobody est indépendante de la série originale, les auteurs utilisant même une astuce scénaristique en toute fin de film permettant d’insérer parfaitement le titre dans la série manga ou animé sans le moindre problème. Le principal atout du film, outre une réalisation impeccable digne de son statut de film (même si l’on est loin d’égaler les « vrais » films), réside dans l’intervention d’un très grand nombre de capitaine de division et autres shinigamis. On assiste donc à de multiples combats, souvent courts (parfois trop d’ailleurs), dans lequel l’utilisation des zanpakuto et des bankai pullule. Le personnage de Senna est également une excellente surprise même si sa véritable nature est (trop ?) facilement prévisible (ce qui rend la « révélation » de son identité peu palpitante). On pourrait éventuellement reprocher au film l’absence d’Ishida ou Chad, qui ne font qu’une brève apparition totalement inutile… Après un début plutôt axé humour (très efficace), le fil conducteur principal met un peu de temps à se mettre en place avant d’accélérer fortement dans la dernière demi-heure. On passe donc dans l’ensemble un bon moment, la réalisation étant à la hauteur, avec un générique de fin plutôt sympathique. Un DVD propose en bonus, outre le poster cité plus haut, le 1er épisode de la saison 2, des interviews, des croquis, un storyboard…

    Loin d’être le film de l’année, Memories of Nobody a au moins le mérite de ne pas ennuyer et de proposer une histoire dont l’indépendance est réelle (contrairement à certains films de DBZ, impossibles à situer chronologiquement par rapport à l’histoire originale). Réussi techniquement, seuls les fans du titre y trouveront leur compte, les autres pouvant passer leur chemin.

    7

    ivan isaak - 31 décembre 2009

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Bleach - Film 1 - Memories of Nobody ?
Ecrire une critique