SELECT a.id,a.date,a.contenu as avis, n.note, u.user_id, u.username, u.user_avatar, u.user_avatar_type,u.user_regdate,a.element_id as planning_id, p.volume FROM ms8.PLANNING as p, ms8.critiques as a LEFT JOIN ms8.phpbb3_users AS u ON a.user_id=u.user_id LEFT JOIN ms8.NOTES_TOMES AS n ON a.element_id=n.planning_id AND u.user_id=n.user_id WHERE p.id=a.element_id AND a.id='33216'
  • Critique Rozen Maiden T.2 par

    Le second volume de Rozen Maiden souffle le chaud et le froid.

    D'un côté, l'on fait la connaissance de deux autres poupées, et les rapports qui les unissent (le fameux "jeu d'Alice" vaguement évoqué précédemment) sont un peu éclaircis. Toute la première partie du volume est consacrée à Hina Ichigo, la petite nouvelle. Si nous sommes gentiment teasés l'espace d'une page sur les raisons qui ont pu la pousser à devenir aussi possessive avec sa médium, le côté psychologique, sans cesse mis en avant dans ce manga, n'est une nouvelle fois qu'esquissé. Alors qu'à la fin du tome précédent, l'on pensait apprendre ce qui était arrivé à Jun, pouf! Une pirouette, et les Peach-pit ont préféré partir sur cette autre voie. Frustrant. Et à la toute fin du tome, on repart encore sur autre chose!

    Alors certes, Jun commence à se rouvrir aux autres. Cet aspect-là est plutôt réussi, la progression si lente, à peine visible, qu'elle en est très réaliste et naturelle.

    Mais c'est bel et bien le seul aspect du manga qui tienne un tant soit peu debout, tant le reste est décousu. La narration des évènements est certes fluide, mais il nous apparaît désormais clairement que globalement, c'est un bon gros foutoir. Une petite révélation sur un truc, un peu de teasing sur un autre, et hop! On s'embarque dans complètement autre chose sans transition. C'est à peu près aussi usant pour le lecteur que le comportement des poupées ne l'est pour Jun.
    Autre point négatif, le caractères des poupées justement. Si Shinku et Suigintô apparaissaient comme à peu près normales, Hina Ichigo est une gamine capricieuse absolument insupportable, tandis que la pourtant mignonne Suiseiseki a tout de la craintive qui hait les humains. Et ses motivations ne convainquent pas vraiment. Imaginez maintenant que ces deux attitudes stéréotypées soient poussées à l'extrême...
    Oui, là, ça devient vraiment "too much".

    Rozen Maiden est pourtant loin d'être dépourvu de qualités. Mais il serait grand temps que les auteures se posent et choisissent une direction pour leur récit, au lieu d'en choisir 36 à la fois.
    Pour le moment, il ne s'est toujours pas passé grand-chose... et l'on espère que le tome 3 sera enfin plus qu'un tome d'introduction.

    L'édition de Soleil n'a pas changé depuis le tome 1: irréprochable en apparence, mais toujours pourvue de ce papier trop fin et d'une ou deux fautes. Pas de quoi crier au scandale en somme.

    4

    Pois0n - 21 mars 2013

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Rozen Maiden T.2 ?
Ecrire une critique