10
Gwendoline

par Haruka Endo le ven. 4 août 2017

En effet, le manga est un peu vieillot, mais l’édition DigiClub fut une véritable horreur. Déjà limite désagréable quand lors du lancement de l’édition collector, on demande à regarder si la tranche en dessous de la jaquette n’est pas abîmée et que l’on se fiche de ta tronche parce que tu portes un cosplay ! Pas étonnant que cet éditeur n’existe plus, vu leur mentalité ! Bref ...

Le nouvel éditeur Isan manga, l’édition est vraiment de qualité malgré le prix de 29,90 Euros.

Après concernant l’histoire, il faut prendre en compte que le manga fut écrit dans les années 80 (sorti initiale en 12 Volumes de 1986 - 1993) Après on aime où on n’aime pas. personnellement, j’ai largement préféré l’anime Gwendoline que Georgie par exemple, idem pour le manga, l’édition Isan Manga est un plaisir à lire.

Après oui, la pauvre petite Gwendoline est une pleurnicharde au début, mais devient plus mûr par la suite, et adulte à la fin du manga (ayant lue la version Japonaise) Á noté qu’entre l’anime et le Manga, il y a une grande différence, notamment la S2 qui n’existe pas dans le Manga donc, pas de Sophie, pas de Cathy et le Cheval Andrew de robe foncé devient une jument blanche comme Alexandra (jument d’Arthur) et se nomme Victoria.

En même temps, difficile quand on est une petite fille de l’âge de Gwendoline de subir la méchanceté d’Antoine et Mary, sans compter la Baronne qui la déteste et un grand-père qui refuse de la reconnaître sous prétexte que son père George s’est marié avec une Japonaise.

La petite Gwendoline pourra heureusement compter sur sa demi-sœur Annie ainsi que ses voisins Arthur & Edward, mais après la mort de sa mère et le remariage de son père de qui a poussé sone dis-le dans son pays d’origine, elle devra faire face à une nouvelle tragédie.

Un manga ancien, mais agréable à lire pour les gens qui préfèrent les mangas des années 90 à la place de ceux d’aujourd’hui.

En bref

10
Gwendoline
Haruka Endo Suivre Haruka Endo Toutes ses critiques (8)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire