• Critique Gogo Monster par

    C’est un titre d’un des plus grands mangakas que Akata/Delcourt nous permet de découvrir dans une édition assez particulière puisque Gogo Monster, de Taiyou Matsumoto, est constitué d’un seul tome d’un peu plus de 450 pages, à la couverture cartonnée et placé dans une étui cartonné également. Gogo Monster suit le jeune Yuki Tachibana, élève un peu à part dans son école et qui est persuadé que des monstres qui peuplent un monde que lui seul peut voir existent au mystérieux et interdit 4ème étage de l’établissement…

    Le récit suivra principalement plusieurs personnages : Yuki – le héros, Makoto – nouvel élève qui s’intéressera fortement au jeune garçonnet à ses « visions », Q.I. – un élève un peu particulier se promenant constamment avec un carton sur la tête et Gantsu – le jardinier de l’école des enfants. Essayer de résumer Gogo Monster relève de l’utopie. Ce titre, comme la plupart des titres de Taiyou Matsumoto, dégage une atmosphère que l’on ne peut que qualifier de « particulière ». Alternant les dessins aux perspectives étranges et les dessins plus classiques mais toujours marqués par la « touche » Matsumoto, le titre oscille régulièrement entre un réel récit, qui semble parfois presque construit, et une sorte de réflexion philosophique où les images défilent, sans forcément avoir de liens entre elles, dans une ambiance difficilement cernable. Notre héros, Yuki, est très proche de Gantsu, le jardinier. Il voit des choses que lui seul semble pouvoir voir : des monstres qui, en règle générale, s’amusent à faire des blagues (faire disparaitre les gommes des élèves, leurs affaires de sports…). Mais progressivement, Yuki sent sa perception de ce monde étrange lui échapper. Peu à peu, ces monstres semblent s’éloigner de lui et la fréquentation de Makoto d’abord et de Q.I. ensuite ne fera que le confirmer. Se basant sur l’évolution de son personnage principal et de son rapport à ses visions particulières, Taiyou Matsumoto semble nous proposer sa vision du passage de l’enfance à l’adolescence, le moment où l’on doit se décider à laisser de côté son univers imaginaire pour se raccrocher à la réalité de la vie, la vraie. On se retrouve emporté par le récit sans trop savoir où l’on va, sans trop savoir où l’auteur va, sans trop savoir si l’auteur lui-même sait où il va. Mais grâce à ses personnages complètement hors du commun tel Q.I. et son carton sur la tête, l’auteur parvient à provoquer une réaction de la part du lecteur. Pour certains, cela pourra être une réaction de rejet devant une œuvre totalement à part, à mille lieues de ce que l’on a l’habitude de lire. Mais pour d’autres, il pourrait bien s’agir d’une lecture remarquable, où notre âme d’enfant se laisse porter par une narration hors normes et une mise en page sans cesse renouvelée.

    Un titre OVNI, unique en son genre. Un titre de Taiyou Matsumoto.

    8

    ivan isaak - 31 octobre 2009

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Gogo Monster ?
Ecrire une critique
Ce qu'en pense le staff MS
La série dans sa globalité
chris936chris936 le 01/01/19703/10