• Critique Fool's paradise T.2 par

    Au vu des éloges que l'on me faisait sur la série, j'ai mis mes appréhensions de côté pour entrer dans cette lecture. Et pour être franc, si le premier tome de Fool's Paradise me laissait très perplexe, celui-ci ne fait que confirmer mes craintes...

    L'histoire reprend donc où elle s'était arrêtée. Alors que le Japon est (presque) à feu et à sang à cause de Kazutaka Nichiya alias Sela Hiiragi, Tatsuya Kûdo se rend compte de la situation et va tenter de la résoudre pacifiquement...

    Je ne vais pas passer par quatre chemins. L'espoir d'une évolution crédible et cohérente du scénario est loin derrière moi. L'auteur surenchérit sur l'aspect manipulation de foule, déjà bien mis en avant et à mon sens déjà invraisemblable au premier tome. En effet, Sela Hiiragi annonce sans sourciller que ses concerts ne seront dorénavant accessibles qu'aux personnes ayant subi le traitement SRTP. Petit rappel : le traitement SRTP est un "traitement" en phase de test à la suite de quoi le sujet est incapable de commettre des violences ou d'enfreindre la loi, ni de se défendre, ni de ressentir de l'excitation sexuelle. Il est administré aux coupables de crimes majeurs qui ont toutefois une chance de réinsertion dans la société. (Une peine qui est déjà peu crédible en soi, mais passons). Donc, suite l'annonce de l'idole, personne ne semble trouver cela bizarre. Pire, des milliers de fans vont subir le traitement pour aller voir Sela Hiiragi en concert (passons également sur le fait que le traitement, théoriquement ultra contrôlé, est désormais accessible au grand public et administré par des sociétés privées). Sachant que le programme SRTP est extrêmement rude et difficile à supporter - je pense d'ailleurs que l'on peut facilement parler d'une atteinte aux droits humains -, et que l'on apprend dans le premier tome que la plupart des sujets se suicident après leur traitement. Bizarrement - ou plutôt par oubli/flemme scénaristique - le programme semble maintenant beaucoup moins horrible et insurmontable... On peut par ailleurs dire adieu à une critique du système pénale et du programme SRTP, qui aurait pu être un aspect intéressant du titre.

    Sur la forme, ce n'est rien d'exceptionnel non plus. Sans être mauvais pour autant, c'est oubliable. Ninjyamu Misao semble forcer sur le côté sensationnel et spectaculaire de l'horreur, dans la mise en scène. En fait, j'ai l'impression de retrouver une version cheap du style narratif de Tsutsui Tesuya. Couplé aux nombreuses incohérences et au scénario maladroit, ça en devient vite grotesque.

    Je ne mâche pas mes mots, mais j'ai clairement été ennuyé par cette lecture, et je suis loin d'être aussi emballé que certains concernant la série dans son ensemble. Peut-être n'est-ce que moi ? Toujours est-il que je déconseille Fool's Paradise, au moins pour le moment. A la limite, Sadakiyo Ugajin, l'ancien policier qui était passé de sage à gag récurrent dans le volume précédent, pourrait bien retrouver une place importante dans le récit et lui rendre un certain intérêt. C'est en tout cas ce que laisse présager la fin de ce tome.

    5

    P'tit Citron - 18 décembre 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Fool's paradise T.2 ?
Ecrire une critique