8
Beelzebub

par Heyden le mer. 1 juin 2011

Alors, je dirais que l?introduction de ce manga est assez astucieuse et savoureuse, puisque c?est à travers un bon nombre de péripéties comiques que l?on découvre les divers protagonistes. On appréciera notamment le début qui s?ouvre sur le récit d?Oga en train de raconter de manière limite blasée ce qui vient de lui arriver à Furuichi, meilleur ami un peu crétin et loser qui n'en revient pas (d?ailleurs, ses remarques sont terriblement drôles sur le récit d?Oga et il faut se laisser séduire par la manière dont l?auteur intervient subrepticement dans le manga par l?intermédiaire de Furuichi). On découvre ensuite la taciturne Hildegarde, qui, suite à un merveilleux quiproquo, est présentée comme la petite amie de Oga auprès de ses parents. Alors qu?on attendrait une réaction plus qu?outrée des parents, on constate que choqués au premier abord, ils acceptent très vite leur nouvelle « fille » et leur « petit-fils. » Cela donne lieu à un moment très amusant (on admirera la glissade du pardon du père).

Cela permet de donner très vite le ton du manga, fait de décalages et de situations plus loufoques les unes que les autres. Oga avec Baby Beel comme il l?appelle, se retrouve dans des situations tellement absurdes parfois qu?on se demande si c?est possible. Mais malgré tout, on se surprend à sourire, voire à rire franchement devant la bêtise des personnages. D?autant que le mangaka renforce le côté comique avec des caricatures qu?il assume totalement (les loubards par exemple). En somme, on ne peut pas dire qu?il y a une réelle intrigue pour le moment et il faut espérer que cela s?étoffe plus par la suite, mais force est de constater que ce manga se veut divertissant et remplit parfaitement sa mission.

En bref

8
Beelzebub
Heyden Suivre Heyden Toutes ses critiques (42)
Partager :
Commentaires sur cette critique (0)
Laissez un commentaire