Critique Comics Spider-man - L'histoire d'une vie : Toiles

6
Spider-man - L'histoire d'une vie : Toiles

par Ben-Wawe le mer. 12 janv. 2022 Staff

Rajout agréable mais un peu précipité et court à Spider-Man : L’histoire d’une vie

Il y a bientôt deux ans, Panini Comics éditait Spider-Man – L’histoire d’une vie, mini-série au succès tant critique que public.
L’on y retrouvait Peter Parker et ses proches dans un monde aux règles différentes des comics habituels. Ici, Spider-Man vieillit « normalement », chaque année de notre monde passe également dans son univers. Six épisodes, chacun centré sur une décennie et un événement phare, révèlent ainsi l’avancée en âge de Peter et des siens, entre drames et renaissances.

Au vu de la réussite de cette belle et touchante initiative, Marvel Comics propose un rajout, désormais disponible en France.
Spider-Man – L’histoire d’une vie : Toiles ramène ainsi les auteurs de la saga originale autour d’un personnage fondamental de la franchise quelque peu absent de l’intrigue principale. Chip Zdarsky et Mark Bagley se concentrent ici sur ce bon vieux J. Jonah Jameson, pendant toutes les 48 pages de cette histoire.

Le récit démarre en 1965, alors que Peter Parker a déjà ses pouvoirs et est photographe au Daily Bugle depuis deux ans. Jonah mène évidemment une campagne contre lui, mais se crispe pour sa situation personnelle. En effet, le Scorpion, dont il a financé l’équipement et la croisade, vient de tuer le Dr Farley Stillwell, et il se retrouve seul.
Jameson s’enferme alors dans sa haine mais, en 1966, le capitaine Georges Stacy vient le voir… car le Scorpion a collaboré avec la police, et a tout révélé !

L’originalité de Spider-Man – L’histoire d’une vie : Toiles tient ainsi au destin contrarié et fermé d’un J. Jonah Jameson ici rattrapé par ses crimes.
Les décennies suivantes sont ainsi survolées, car le personnage est bloqué par une peine lourde. Il y croise quelques personnes, dont son fils et surtout Norman Osborn, avec qui il se lie, ainsi qu’une bénévole qui accompagne ceux qui ont subi l’intervention des super-héros.
Toute l’œuvre vise alors à découvrir si Jameson peut et surtout veut évoluer, au-delà de sa haine pour Spider-Man.

Chip Zdarsky retrouve pleinement l’ambiance de Spider-Man – L’histoire d’une vie, avec notamment cette volonté d’une approche « crédible » des événements.
Il est clair que, dans les comics classiques, les auteurs ne peuvent pas réellement confronter certains personnages à la réalité judiciaire de leurs actes, sous peine de les bloquer longtemps. Mais ce récit dérivé n’a pas ce verrou, et le choc initial sur le destin de Jonah est très réaliste et intelligent.
L’avancée de son cheminement psychologique est plutôt pertinente, avec quelques échanges fins avec son fils et Peter, alors même qu’il vient de perdre Gwen Stacy. Quelques surprises accompagnent le récit, notamment la révélation sur l’identité de la bénévole qui aide Jameson. C’est bien vu, et le final livre un moment touchant et bienvenu.

Hélas, tout ceci est quand même… un peu court.
Certes, la situation de Jonah impose clairement de survoler plusieurs décennies, car son quotidien peut sembler morne. Mais la lecture donne une impression de précipitation, notamment parce que ces fameuses évolutions psychologiques semblent un rien rapides, sur la fin. Chip Zdarsky livre en effet peu d’indices en ce sens, jusque-là.
Surtout, les quelques apparitions ou discussions ressemblent au strict minimum, alors que l’on pouvait imaginer d’autres rencontres dans cette situation. Voire même des réactions de Jonah aux grands événements de la vie publique de Spider-Man.

Cependant, si le scénario est agréable mais déçoit sur son ampleur, le graphisme demeure d’un très bon niveau.
Mark Bagley avait impressionné dans Spider-Man – L’histoire d’une vie, il maintient sa grande qualité dans cette annexe. Les planches sont jolies, dynamiques. Les personnages sont réussis et le rendu visuel de leur vieillissement est bon.
L’ensemble est beau et agréable à suivre.

En bref

Spider-Man – L’histoire d’une vie : Toiles est un bel et bon rajout à la saga initiale. Cette annexe ne change pas le propos principal, mais se concentre intelligemment sur une figure essentielle du Tisseur, avec là aussi une approche crédible et touchante. Dommage que l’idée de base et le format rendent le tout un peu précipité, presque survolé. On aurait bien pris plus, encore !

6
Spider-man - L'histoire d'une vie : Toiles
Positif

Le retour réussi d’auteurs intéressés pour une annexe pertinente et touchante.

Une bonne gestion de l’homme J. Jonah Jameson.

Un univers maîtrisé et prenant.

Negatif

Un propos qui semble survolé par un format trop court.

Le strict minimum des rencontres et interactions.

Un manque d’indices sur les signes d’évolution du personnage avant le final.

Ben-Wawe Suivre Ben-Wawe Toutes ses critiques (21)
Partager :
Commentaires sur cette critique (1)
  • Merci pour cet avis, Ben.

    C'est en effet un peu décevant. Agréable à lire mais on sent Chip Zdarsky pris au piège du procédé qu'il a crée. Il y a un côté forcé surtout la fin. Il aurait pu finir pas une note plus optimiste, oublier les combats entre capés.

Laissez un commentaire