• Critique Osamu Tezuka - Une vie en manga T.1 par

    Soyons clair, cette biographie est super chiante à lire à cause des éléments de BD insérés içi et là, sans compter le rythme qui est clairement soporifique du fait des diverses digressions et et des flash-back chronologiques intempestifs. Mais elle est bigrement instructive sur la personnalité d'Ozamu Tezuka.

    Ainsi, on apprend que Tezuka est un grand sensible(surdoué !), et qu'il a connu les affres de la guerre, ce qui a probablement engendré un certain stress post-traumatique, et un sommeil léger (2 à 4 heures par nuit !)...Ce qui laisse plein de temps pour faire des mangas(8 à 10 séries en même temps !), aller à la chasse aux insectes, étudier la médecine (plan B au cas où !), fonder une famille et faire des animes....

    Contrairement à ce que l'on croit, Tézuka n'est pas le plus populaire des mangakas au Japon mais sûrement le plus prolifique.....S'il a produit autant de mangas dans sa vie c'est pour pouvoir faire des animés, son rêve de toujours......
    Comme Hergé (Tintin) avait mal vécu le succès "d'Astérix, le Gaulois", Tézuka n' a pas apprécié le succès du Gekiga, sans parler des fictions de sentaïs et autres monstres qui finirent par faire de l'ombre à son Astro boy......

    Du fait d'une charge de travail épouvantable, le mangaka pétait parfois les plombs (surmenage !) et jouait souvent à "cache-cache" avec ses responsables éditoriaux pour s'isoler et travailler en paix malgré ses retards permanents.....
    Malgré son talent pour le manga, Osamu Tezuka était un piètre gestionnaire,il a même réussi à se faire éjecter de studios Mushi productions, alors que c'est lui qui les a crées.Mais en revanche, c'est lui qui à crée le modèle économique de l'animé TV(encore en vigueur de nos jours !) basé essentiellement sur la vente d'objets dérivés.....poser les bases du manga moderne.....

    Vers la fin de sa vie, il s'est pris de passion pour les voyages, les festivals (Angoulême 1982,Annecy 1987) le chocolat, la junk food (coca-cola et Hamburger). L'avion, le téléphone, puis le fax lui ont permis de voyager sans pénaliser le rythme de ses parutions mensuelles ou hebdomadaires.....jusqu'à qu'il choppe le cancer de l'estomac et en meurt.....le 9 février 1989.

    Cette biographie romancée est assez chère (35 €)et peu objective car elle ne met pas suffisamment l'accent sur les défauts du maître, tout juste sont-ils esquissés içi et là !



    6

    markofdarkness - 12 février 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Osamu Tezuka - Une vie en manga T.1 ?
Ecrire une critique