SELECT a.id,a.date,a.contenu as avis, u.user_id, u.username, u.user_avatar, u.user_avatar_type,u.user_regdate,a.element_id as planning_id, p.volume FROM ms8.PLANNING as p,ms8.critiques AS a LEFT JOIN ms8.phpbb3_users AS u ON a.user_id=u.user_id LEFT JOIN ms8.notes AS n ON a.element_id=n.id_fiche WHERE p.id=a.element_id AND a.id='33993'
  • Critique Crimson Empire T.3 par

    Suite et fin pour l'adaptation en manga du jeu Crimson Empire de Quinrose. Après un premier tome qui pouvait éventuellement passer pour un shôjo classique et un second qui ne prenait plus la peine de cacher son statut, au risque de larguer les profanes en cours de route, le dernier volume s'enfonce encore un peu plus dans la voie tracée par le précédent, achevant de priver d'intérêt la série pour quiconque n'aurait pas joué au jeu d'origine.

    Les défauts déjà relevés dans le second volume sont ici exacerbés: la narration confuse rend difficilement compréhensibles les aventures simultanées des assassins introduits à la cour. Pire, les touches d'humour qui, distillées dans le jeu, devaient être savoureuses grâce aux doublages, rendent ici la lecture vraiment laborieuse et ôtent toute crédibilité et sérieux au titre tant la mangaka insiste sur ces passages. Alors quand en plus les fameux assassins repartent comme ils sont venus sur un coup de tête, l'on se dit que définitivement, entre "retranscrire" et "adapter" un visual novel il y a une subtilité qu'Hazuki Futaba ne maîtrise pas, là où Soumei Hoshino s'en était plutôt bien sortie, quitte à tailler dans le gras.
    Quid des complots vaguement évoqués précédemment? Une explication en deux cases et pouf, les personnages passent à autre chose. La majorité du tome est en effet consacrée à la relation de Sheila avec Justin, et même ce côté-là peine à convaincre. Entre une déclaration complètement porte-nawakesque, une héroïne pourtant intelligente mais pour le coup aussi naïve que "n'importe quelle héroïne de shôjo de base" là où elle nous avait habitués à un peu plus de tempérament, et une bonne dose de mielleuserie pour la forme entre les deux frères, il n'y a guère que le conclusion qui peut surprendre, plutôt bonne, avec une Sheila cette fois vraiment fidèle à elle-même. Pas suffisant pour rattraper les travers du tome et encore moins de la série, mais agréable.


    Au final, que reste t-il de Crimson Empire "en tant que tel"? Pour les joueuses du jeu, l'occasion de retrouver un univers connu sur un autre média, bien que bourré de défauts. Mais pour les autres, il ne s'agit ni plus ni moins que d'un énorme fourre-tout sans queue ni tête avec une pléthore de personnages, un scénario vraiment sous-développé dans tous ses aspects (aspects qui partent dans tous les sens à la fois de surcroît) qui peine à recréer l'ambiance sérieuse et les différents niveaux de lecture des oeuvres de Quinrose, desservi par des passages interminables où les héros semblent bien rigoler, mais sans que le lecteur ne soie dans le trip. Ajoutons à cela un graphisme toujours autant passable, une narration aussi confuse que le reste...


    Inutile de poursuivre, vous l'aurez compris, en dehors des très rares adeptes françaises du jeu d'origine, Crimson Empire ne pourra tout simplement séduire personne, le manga n'ayant aucune qualité à offrir en dehors de son statut d'adaptation. Certes, il existe bien pire, mais le côté creux de cette version manga lui ôte tout intérêt.

    3

    Pois0n - 11 février 2014

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Crimson Empire T.3 ?
Ecrire une critique