• Critique Goggles T.1 par

    Chaussez bien vos lunettes pour découvrir « Goggles » aux éditon Ki-oon de Tetsuya Toyoda auteur de « Undercurrent » (Kana). Ce nouveau manga est un recueil de six histoires, on passe d’une histoire sur le dieu de la misère à la recherche d’un restaurant en passant par l’histoire d’Hiroko. C’est cette histoire qui donne le nom au recueil. Hiroko est une jeune fille abandonné par sa famille, mère violente, père disparu, la jeune fille se retrouve chez un ami de son père. Elle est repliée sur elle-même et ne quitte pas des lunettes ayant appartenu à son grand père. La vie n’est pas facile dans ces histoires, les moments de vies que nous offre Tetsuya Toyada ici sont sincères et directs.

    La première histoire joue sur un aspect unique dans le recueil : l’existence d’un dieu de la misère et de son alter-égo. Cette histoire se détache des autres par se côté un peu paranormal, alors que les autres récits sont tous tournés vers les relations et plus particulièrement les liens familiaux. L’auteur décrit des situations compliquées : des parents abandonnant leur enfant, un homme seul ayant perdu son unique fils sans jamais vraiment avoir créé un lien, une jeune fille qui recherche un homme lui ayant apporté de la joie enfant alors qu’elle vivait seule avec son père… L’auteur nous rappelle la complexité des relations avec des histoires tantôt complexes tantôt légères. Le format change également : ici rien de formaté, ni la longueur de l’histoire, ni les personnages.

    Le dessin de Tetsuya Toyoda est beau. Le trait est précis, direct, fin… Le découpage est assez régulier collant toujours un cadre assez sérieux aux histoires développées. Les cases parfois sans fond, d’autre fois très dessinées permettent de centraliser l’attention du lecteur sur des détails et surtout de savourer le graphisme excellent.

    De belles histoires, (pas belles dans le sens heureuses, mais dans le sens de bien racontées), nous plongeant dans un univers particulier sans concessions ni facilités. La mélancolie se retrouvent quasiment à chaque histoire, si ce n’est dans l’histoire elle-même, elle se trouve dans certains personnages. N’oublions pas l’excellent graphisme et une édition « grand format » permettant de savourer encore plus les histoires.

    8

    Lelouch - 02 novembre 2013

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Goggles T.1 ?
Ecrire une critique