• Critique Pulsions Soudaines par

    Après Etudiantes Coquines, voilà Pulsions Soudaines, un autre one-shot du talentueux Tomoyuki Enoki qui nous est proposé par les éditions Soleil.
    Comme pour son prédécesseur, Pulsions Soudaines est un recueil de 11 petites histoires érotiques. Mais cette fois-ci ce ne sont plus les étudiantes qui sont à l’honneur, mais plutôt de jeunes adultes assez coquines. En commençant par les jeunes sœurs un peu perverses, en passant par la vierge de 30 ans et les fantasmes d’un jeune salaryman, dans Pulsions Soudaines tout le monde peux trouver son bonheur. D’autant plus que certains chapitres proposent des scènes très érotiques qui raviront a coup sur les habitués du genre.
    Même si le dessin de Tomoyuki Enoki n’est pas ce qui se fait de mieux dans le genre, on appréciera toujours son coup de crayon qui met si bien en valeur les formes et poitrines de toutes les jeunes femmes qui apparaissent dans ses histoires. De plus, la mise en scène est particulièrement bien travaillée et c’est important quand on enchaine dans un même manga plusieurs petites scènes radicalement différentes. Il est d’ailleurs intéressant de noter que l’auteur possède un riche panel de personnages féminins qui permet de bien distinguer les histoires les unes des autres. Mais dans l’ensemble, le graphisme reste beaucoup trop classique pour vraiment sortir du lot. On aurait sans aucun doute apprécié un peu moins d’histoires différentes, pour laisser d’avantage de place aux protagonistes et aux scènes coquines.
    En bref, Pulsions Soudaines use d’un graphisme très classique, mais il le fait bien. La mise en scène très bien travaillée aide à passer un bon moment de lecture. Ce one-shot est donc à conseiller à ceux qui veulent s’essayer au manga érotique ou aux habitués qui ne recherchent pas l’originalité.

    6

    Sorata - 05 avril 2013

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Pulsions Soudaines ?
Ecrire une critique
Ce qu'en pense le staff MS
La série dans sa globalité
SorataSorata le 05/04/20136/10 Lire la critique