• Critique ST&RS T.2 par

    Les examens d’entrée à l’académie des st&rs continuent pour nos jeunes lycéens. Une terrible épreuve qui va mettre en avant leur capacité de gestion et leur esprit d’équipe les attend…

    Ce deuxième tome de ST&RS reprend donc là où nous avions laissé Shirafuné et ses amis qui vont entamer ce nouveau test de sélection qui se passera au fond d’un lac et qui durera 24 heures. Au cours de cette plongée sous-marine les trois camarades vont être obligés de coopérer s’ils ne veulent pas être éliminés. Avec ce passage l’auteur met à nouveau l’accent sur l’esprit d’équipe et de camaraderie qui est très important pour un astronaute et qui semble être le point central des relations entre les différents personnages. En effet, tout au long de cette histoire, l’individualisme et l’égoïsme seront clairement montré du doigt. Pour le coup, on tombe parfois dans un monde où tout le monde est beau et gentil, pouvant faire fuir un bon nombre de lecteur plus âgé. Alors même si dès le premier tome on se doutait bien que cette œuvre s’adressait avant tout à des jeunes gens, avec ce deuxième tome on en a la confirmation.

    Dans la deuxième partie, l’intrigue autour de la rencontre extraterrestre est un peu plus développée grâce à une série d’évènement étrange qui se déroule sur Mars et l’introduction d’un nouveau personnage. Une autre jeune fille qui travaille sur le déchiffrage du message extraterrestre. Cette ébauche de scénario ressemble étrangement à celui de Contact, film de Robert ZEMECKIS sortie en 1997. Il existe donc beaucoup de similitude entre les deux œuvres, la différence notable étant dans les protagonistes puisque dans ST&RS se sont les enfants qui tiennent le premier rôle.

    En bref, ce deuxième tome est dans une parfaite continuité du précédent tome. On regrettera toutefois qu’il ne s’adresse pas à un public plus large. Je pense que ce manga ravira les moins de 15ans…

    6

    Sorata - 21 juillet 2014

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu ST&RS T.2 ?
Ecrire une critique