SELECT a.id,a.date,a.contenu as avis, u.user_id, u.username, u.user_avatar, u.user_avatar_type,u.user_regdate,a.element_id as planning_id, p.volume FROM ms8.PLANNING as p,ms8.critiques AS a LEFT JOIN ms8.phpbb3_users AS u ON a.user_id=u.user_id LEFT JOIN ms8.notes AS n ON a.element_id=n.id_fiche WHERE p.id=a.element_id AND a.id='34484'
  • Critique Prison School T.1 par

    Cinq garçons, plus de deux cent filles. Voilà le l’académie Hachimitsu, devenu récemment mixte. Kiyoshi Fujino est l’un des garçons, qui arrive dans ce qu’on pourrait croire être au début, un paradis. Pourtant, lui et ses quatre compagnons, vont connaitre rapidement l’enfer suite un faux pas. Le conseil des élèves de cette grande institution ne semble pas accepter l’arrivée de l’autre sexe.

    On est vite plongé dans ce Seinen pour « public averti ». La rentrée a à peine sonné, que l’équipe des cinq garçons se demande comment aborder les nombreuses filles. Kiyoshi trouve une opportunité assez rapidement, et d’ailleurs, il est dans ce manga, la caution moral de la bande. Mais ces camarades, fomentent un autre plan, et l’entraine dedans. Il s’agit d’aller espionner les nombreuses filles sous la douche ! Les choses ne se passant jamais comme prévue, ils se retrouvent dans une situation pour le moins désagréable…enfin, tout dépend de l’état de perversion des garçons…

    Amateurs de scène un peu humiliante, vous serez ravi. Les sévices que subissent les garçons passent du ridicule, à la perversion assez vite. L’effet est très vite accentué par des filles en tenue moulante, ou les poitrines opulentes dépassent des soutiens gorges, les culottes apparaissent dès qu’une fille se penche. L’auteur exagère les scènes, menant parfois à l’absurde. Notre protagoniste, Kiyoshi, semble se détacher de ces perversions, à l’inverse de ses compagnons, il se concentre sur un autre objectif, mais la fin du tome relance un doute quant à la réalisation de son rêve… Une des particularité que l’auteur met en place, c’est de nous balader de moment innocent, gentil à des passages sombres et digne d’un scénario purement SM.

    Un premier tome avec des tonalités très perverse par moment, avec des garçons à la merci d’une bande de fille. Kiyoshi sert de moral dans ce manga, apportant quelques sentiments « fleur bleue » digne d’un shojo. Le mélange de genre est intéressant. Les personnages se divisent en plusieurs catégories : celle de Kiyoshi, un peu innocente, celle de ses camarades soumise en masochiste, celle du conseil des étudiantes sadique et perverse, avec un complément de jeunes filles innocentes en guise de décors. Les dessins qui accompagnent cette histoire sont bons, les personnages sont mis en valeur par des cases sous grises. Là où le graphisme est un peu léger c’est sur les décors : on passe de décors précis comme un sous-bois à un désert.

    Ce manga se destine à ceux qui aiment bien les histoires un peu biscornues, allant des sentiments lycéens aux punitions physique. Le « fan service culottes/poitrines/autres » fait partie de l’histoire. « Prison school » est un manga incongru, je ne trouve pas d’autre mot, il n’est pas clairement érotique, ni sexuel, ni shojo, mais un mélange de beaucoup de chose avec des personnages assez variés. Difficile alors d’en tirer un sentiment unique.

    6

    Lelouch - 04 septembre 2014

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Prison School T.1 ?
Ecrire une critique