Critique The first love melt in ultramarine 1

Très appréciée dans nos contrées pour ses récits d’amour à la fois poignants et d’une grande sensibilité mais aussi pour sa patte graphique qui se veut maîtrisée et pleine de douceur, Ringo Yuki revient cet été aux éditions taifu pour notre plus grand plaisir. Déjà totalement conquise par Tamayura, une romance aussi complexe que poétique, The first love melt in ultramarine confirme tout le talent et le bien que l’on pensait de l’auteure. Un yaoi bouleversant qui fut prépublié dans le magazine B’s-Lovey Recottia des éditions Enterbrain sous le titre sous le titre de Hatsukoi wa gunjou ni tokeru et qui relate l’histoire d’un jeune homme brisé par le passé dont la rencontre avec une personne de son âge sera synonyme d’une vie plus douce. Une petite perle que je vous invite à découvrir au plus vite!

« Retourne à ton club quand tu seras guéri. Sinon tu perdras l’envie. Ce serait dommage. Tu es doué. »

Suite à une grave blessure à l’épaule, Kengo se voit contraint d’arrêter le baseball. Alors qu’il est totalement déprimé et perdu depuis la perte de sa passion, il fait la rencontre d’un étrange élève dans la salle de musique de son lycée. Yoshioka est en fait un camarade de classe de Kengo, mais pour une mystérieuse raison, il ne suit plus les cours depuis un an. La musique semble être sa seule échappatoire face aux démons de son passé. De son côté, Kengo ne peut rester impassible et décide de rester près de lui. Une lueur d’espoir vient d’apparaître...

« Romance douce et thématique poignante, un duo gagnant »

D’emblée, on accroche aux portraits que l’auteure nous dépeint avec une sensibilité voir même une certaine chaleur humaine si caractéristique de ses séries. Elle arrive très facilement par l’entremise de quelques scènes minutieusement pensées à nous interpeller et à nous faire ressentir de l’empathie pour des personnages dont on vient pourtant à peine de faire connaissance. On entre alors rapidement en résonnance avec ce qu’ils ont vécu et ce qu’ils sont en train de vivre. Ringo Yuki fait ainsi appel à notre propre vécu car on a tous connu à un moment donné une période de grande souffrance, une période où on ne sait plus trop où on en est, une période où on tente de se reconstruire sans vraiment savoir comment s’y prendre pour y parvenir. Une main tendue avec bienveillance, une oreille attentive, des paroles chaleureuses, un geste tendre sont alors autant de choses précieuses qui dans ces moments-là peuvent nous permettre de reprendre confiance voir même de retrouver petit à petit le chemin du bonheur.

Cette histoire, c’est celle de la rencontre entre Kengo qui suite à une blessure à l’épaule voit sa vie d’étudiant totalement chamboulée et Yoshioka, un jeune homme profondément blessé par l’horreur qu’il a vécu récemment. Une horreur qui porte un nom malheureusement bien connu de notre société, celui du harcèlement. Difficile d’aborder un sujet aussi délicat et aussi poignant car il éveille en nous des émotions fortes pourtant l’auteure est parvenue à conserver une certaine justesse et pudeur lorsqu’elle nous livre le passé du jeune homme. En tant que lectrice, les souffrances d’un jeune homme qui parce qu’il est un peu différent, plus introverti, plus dans son monde, s’est vu prendre injustement pour cible par les élèves de sa classe et qui à cause d’une rumeur s’est vu ensuite coller une étiquette sur le front et subir des atrocités trouvent immédiatement écho en nous. On ne peut que ressentir de la compassion et de l’attachement pour Yoshioka après avoir parcouru ces quelques chapitres et espérer le voir retrouver rapidement goût à la vie.

« Le talent de Yuki Ringo, conserver une ambiance douce malgré un récit souvent bouleversant »

Le récit se veut d’ailleurs porte parole de l’espoir et va alors s’axer autour de la reconstruction de Yoshioka mais aussi de la naissance des sentiments de Kengo pour le jeune homme. Personnellement, j’ai adoré la façon dont les protagonistes se sont rapprochés avec une relation qui évolue de l’amitié à l’amour de façon lente et très naturelle mais surtout avec une grande sincérité. Ainsi, Kengo nous apparait comme un jeune très solaire et mature notamment dans la manière dont il va s’y prendre pour permettre à Yoshioka de trouver sa place. Une amitié qui va donc peu à peu se muer en amour, la réaction de Yoshioka à ce moment là est encore une fois d’une grande justesse. L’auteure évite de nouveau la facilité et trouve une parade pour tout de même permettre à la relation entre ses protagonistes d’évoluer.  Même son de cloche lorsque Yoshioka s’ouvrira peu à peu à l’amour et se laissera aller à certaines confidences.

On slalome alors entre moments très doux et moments très poignants dans un final qui se veut très positif et empli de douceur pour nos deux tourtereaux qui désormais vont de l’avant main dans la main !  Il n’y a aucune fausse note que ce soit au moment de la concrétisation de leur amour ou celui où on nous décrit plus en profondeur le harceleur. En somme, un beau récit touchant et très bien mené.

Comme je l’ai dit dans mon introduction, le trait délicat de la mangaka est un réel enchantement pour nos yeux. Ce que j’aime particulièrement chez cette dernière réside dans sa capacité de retranscrire les émotions de ces personnages qui sont par moment véritablement sublimées par leurs expressions faciales, le découpage minutieux des cases et une mise en scène tellement soignée qu’elle dégage poésie et douceur reflétant ainsi parfaitement l’âme du récit. On ne peut qu’être charmé par des planches toujours réussies et du plus bel effet !    

8
Si elle devait encore le prouver, Ringo Yuki confirme avec ce nouveau titre qu’elle fait bel et bien partie des valeurs sûres du Yaoi. Dans ce récit, elle s’applique à nous faire ressentir des émotions particulières à travers l’histoire émouvante d’une belle rencontre et nous délivre de très beaux messages comme l’espoir de jours meilleurs ou encore l’acceptation de l’autre et de sa différence. Un véritable ascenseur émotionnel entre la naissance d’une belle romance et sa vision de la souffrance qu’engendre le harcèlement. Conserver une réelle justesse dans l’évolution de son récit et de ses personnages sur un format aussi court est une preuve incontestable du talent de l’auteure qui nous prouve qu’un one-shot est tout à fait capable de nous offrir une lecture aboutie aussi belle que prenante ! Le titre ne tombe à aucun moment la facilité ni dans la vulgarité. Bien au contraire et aussi étonnant soit-il, il se dégage une grande douceur et bienveillance de ce dernier puisqu’il se concentre avant tout sur la reconstruction et la naissance des sentiments amoureux. En somme, à lire d’urgence! Espérons que Taifu se penchera d’ailleurs sur Magic Mail Chocolate incessamment sous peu car il nous tarde déjà de se replonger dans ses récits. Note : 8,5/10

Achetez The first love melt in ultramarineT.1 chez nos partenaires

Partagez cette news :

par snoopy

Lectrice assidue et dévoreuse de mangas à plein temps. Collectionneuse dans l'âme, jamais rassasiée au grand désespoir de mes proches.

Contenu associé

The first love melt in ultramarine (Manga), The first love melt in ultramarine T.1

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

0 commentaire