Critique Un baiser à la vanille 5

Avant dernier tome de la série, un baiser à la vanille prenait une tournure peu réjouissante pour nos deux tourtereaux à la fin du précédent volume. Rina Yagami choisit d’introduire un mini drama retardant de la sorte le happy end auquel on aura probablement droit pour ne pas changer très prochainement. Bien que trop souvent classique à souhait, ce petit shojo somme toute mignon et girly ne m'a pour le moment que très rarement convaincu mise à part la petite séquence émotion du tome deux. Le titre n'invente clairement rien mais se laisse lire malgré tout même si on imagine sans mal les événements qui vont se dérouler dans la suite des mésaventures de la choupie Kokoa et de son ténébreux petit prince. Mais pour l'heure place à un cinquième volume évoluant dans la lignée des précédents.

On retrouve notre petit prince aux prises avec sa belle mère,  une directrice d'agence de mannequinat peu scrupuleuse et qui ne reculera devant aucune bassesse pour l'obliger à signer un contrat d'exclusivité. Enfin au tout début du moins puisque comme je me l’étais imaginée, tout ceci ne rimera pas à grand chose au final...

Le petit prince va perdre l'envie de sourire et se rendre compte qu'il ne peut pas vivre sans Kokoa même si cela implique de la mettre en danger. Bref, on en revient aux répliques de prince charmant bien mielleuses. Kokoa s'en sort un peu mieux puisqu'on la sent très affectée par la séparation et bien sûr le rival du petit prince profitera de la situation.

Un passage peu réaliste et limite barbant, on nous joue toujours un peu la même chanson mais cette nouvelle épreuve escomptera tout de même l'effet souhaité puisque notre petit couple verra se renforcer leurs liens plus que jamais. Et oui, c’est l'amour avec un grand A!

On ressent ainsi le fort attachement que les personnages éprouvent l'un pour l'autre. La douleur, le manque, la déprime, le désir de revoir l'être aimé à tout prix ou encore l'incapacité de passer à autre chose, tout y est. Les personnages restent donc plus ou moins crédibles et sincères dans ce qu'ils ressentent et éprouvent durant la séparation surtout notre héroïne.

Ainsi malgré un mini drama ne se montrant pas suffisamment original et ne contenant aucun élément de surprise, l'émotion est un minimum au rendez vous. Leurs retrouvailles chaleureuses et un désir qui monte crescendo viendront ainsi clore ce tome sur une note positive pour notre petit couple. Le passage à l'acte sera d’ailleurs sans doute au cœur du récit du dernier tome.

4
Décidément, le titre de Rina Yagami ne me convainc pas et m’ennuie plus qu’il me divertit. Ce tome ne fait pas exception à la règle. Bien sûr, je pourrais tout simplement penser que c’est uniquement parce que j'ai passé l'âge de lire ce type de lecture que le titre ne me plaît pas mais le fait que j'apprécie d'autres auteures visant le même lectorat que Rina Yagami comme Saki Aikawa m’indique justement qu'il manque cruellement d'un petit quelque chose à la présente mangaka afin de sortir du lot ou tout du moins faire passer un bon moment de lecture. Déception, quand tu nous tiens…

Achetez Un baiser à la vanilleT.5 chez nos partenaires

Partagez cette news :

par snoopy

Lectrice assidue et dévoreuse de mangas à plein temps. Collectionneuse dans l'âme, jamais rassasiée au grand désespoir de mes proches.

Contenu associé

Un baiser à la vanille (Manga), Un baiser à la vanille T.5

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

0 commentaire