Critique Sky Link 1

Les éditions Taifu nous font l’honneur, comme un peu près tous les mois, de nous faire découvrir une toute nouvelle mangaka en la personne de Shiro Yamada lui donnant ainsi la chance de voir paraître sa toute première œuvre reliée en France. Pourvue d’un parcours atypique, cette dernière s’est d’abord fait connaitre par le biais de doujinshi, s’est ensuite vu l’opportunité de publier le présent recueil d’histoire et plus tard de s’essayer aux shojo avec deux séries à son actif à l’heure actuelle. Publiée au Japon en 2010 dans le magazine Ihr Hertz de Taiyô Tosho, cette histoire en un volume nous invite, selon l’éditeur, à suivre une tranche de vie mélancolique, centrée sur un étudiant qui semble avoir perdu goût à la vie fixant constamment le ciel et un mystérieux professeur frivole qui pourrait lui faire porter un regard nouveau sur le monde. En voilà une idée peu originale mais classique ne rimant pas toujours avec lecture ennuyeuse, voyons ce que Shiro Yamada a à nous offrir à travers les deux histoires que compose son recueil.

« Tu es tout à fait mon style, même si tu es un garçon. J’ai trop de la chance. Cool ! La journée commence bien. »

Ritsuki Ban est un étudiant qui souhaite que son entrée à l’université, soit synonyme d’un nouveau départ . Le jour de la rentrée, il bouscule un homme alors qu’il marchait d’un air pensif. Takagi est en fait son nouveau professeur. Cette rencontre est-elle un signe du destin?
L’enseignant ne reste pas de marbre face à cet étudiant qui semble cacher un lourd passé derrière lui. Un jour, ils se retrouvent à regarder le ciel cote à cote. Un moment qui leur permet de découvrir une facette de l’autre qu’ils n’avaient jamais vue...

« Trop peu d’éléments de surprise mais quelques bonnes idées »

Après avoir jeté un œil au sommaire, je me suis dite « ouille », on va se retrouver avec deux histoires au nombre de pages plus ou moins identiques.  Alors déjà que pour ma part, c’est souvent trop juste de rentrer dans une histoire ou de s’attacher à des personnages l’espace d’un one-shot où, même lorsque l’œuvre est bien ficelée du début à la fin, on a malgré tout toujours un peu cette sensation que tout va trop vite et qu’on reste sur sa faim une fois la lecture terminée. Je débute donc la lecture avec une petite appréhension de me retrouver face à deux histoires aux scénarios exploités à la va-vite, tout cela pour dire qu’il y a en réalité une petite erreur le premier récit s’étalant sur les 2/3 du titre et l’autre sur le tiers restant.  Fondamentalement, cela ne va pas changer grand-chose sauf laisser sans doute un peu plus de chance à la première histoire de nous séduire.

Pour en venir à cette dernière, il serait dommage de la réduire à une simple romance entre un élève et un professeur qui n’a souvent rien de bien palpitant tant ce cadre a été maintes fois exploité à travers les genres (shojo et yaoi). Ainsi même si l’histoire se déroule dans un milieu scolaire, l’auteure ne va pour autant exploité le danger autour d’une liaison entre un professeur et son élève mais va plutôt décider de nous relater l’histoire de deux personnages qui ont chacun un passé difficile qu’il soit tout récent ou qu’il remonte à quelques années et qui grâce au contact de l’autre vont essayer de se réparer mutuellement. Si on peut trouver le début un peu lourd où les personnages vont un peu jouer au jeu du chat et de la souris, on appréciera tout de même les efforts déployés par le professeur Takagi pour redonner à Ritsu goût à la vie notamment dans sa façon qu’il a de lentement l’entraîner dans son monde à savoir celui de la photographie. Finalement, il se révèle bien moins lourd et frivole que l’auteure nous l’avait suggérée au départ puisque finalement sa démarche se veut sincère et que quelque part lui aussi tente de refermer les blessures du passé en « réparant » celui qui a su attirer son attention et lui donner l’envie de le protéger. Même si leur relation évolue de façon prévisible, on ne peut pas en vouloir à Ritsu d’être attiré par un Takagi qui est prêt à l’accepter comme il est et qui aspire à lui faire découvrir un monde meilleur comme l’illustre très bien les toutes dernière pages. Par contre, on peut reprocher à l’auteure un récit qui manque de palpitant puisqu’on n’en saura pas vraiment plus sur le passé de Ritsu et que la question du gang est finalement réglée trop facilement. Idem du côté de celui qui s’est fait volé le cœur de Takagi par Ritsu et qui  lâche bien vite l’affaire. Malgré ses quelques défauts, la lecture est loin d’être désagréable. L’auteure aurait pu amener plus de profondeur au récit si elle avait choisie de consacrer le dernier tiers des pages à cet effet, ce genre de choix me laisse toujours dubitative.  

« Trop court »

Quand à la seconde histoire, elle bénéfice de bien trop peu de pages pour nous permettre de nous immerger  dans les émotions qu’elle tente de véhiculer à travers cette romance où deux amis d’enfance éprouvent des difficultés à être sur la même longueur d’onde. Le tout se veut empreint de mélancolie mais c’est tellement rapide qu’on a peine le temps de comprendre comment fonctionne l’un des principaux personnages que l’autre nous avoue avoir des sentiments pour lui et que le happy-end censé être poignant entre séparation et retrouvaille se pointe déjà. En résumé, on reste sur sa faim. Un constat qui me déprime toujours un peu…

Un petit mot sur les graphismes, la couverture laissait transparaître un esthétisme manquant d’originalité mais le trait n’était pas dépourvu de charme une fois la lecture entamé. Cela dit, les pupilles du professeur Takagi occupent une trop grande partie de l’œil durant certaines scènes et lui donne un petit côté surnaturelle qui n’a pas lieu d’être. Les visages de la seconde histoire manquaient d’expressivités mais l’ensemble n’est pas trop mal. Rien à redire sur l’édition mise à part la petite erreur dans le sommaire. 

6
Loin d’être transcendant, certains des aspects du récit imaginé par Shiro Yamada m’ont plu notamment la façon dont les personnages se sont reconstruits au contact l’un de l’autre. Ce dernier aurait gagné à être plus approfondi surtout au niveau du background du passé de l’un des protagonistes qui aurait pu justement amener ce qui lui fait cruellement défaut à savoir un peu plus de suspens afin de rendre l’ensemble plus prenant. La seconde histoire manquait de temps pour nous charmer, dommage…

Achetez Sky LinkT.1 chez nos partenaires

pub

Partagez cette news :

par snoopy

Lectrice assidue et dévoreuse de mangas à plein temps. Collectionneuse dans l'âme, jamais rassasiée au grand désespoir de mes proches.

Contenu associé

Sky Link (Manga), Sky Link T.1

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

0 commentaire