Critique Kiku

One Shot du maestro Hiroshi Takahashi, Kiku, présente en un peu moins de 200 pages le talent et la marque personnelle de son auteur, celle de confronter avec brio la dure réalité de la vie aux rêves comme aux sentiments de jeunes adolescents. Une formule semblant certes simple, mais qui une fois mise en scène par monsieur Hiro prend une réelle saveur en faisant toujours écho au lecteur...

Nous retrouvons donc au sein du scénario le fameux Endou Kiku, un lycéen plus proche d'un délinquant solitaire que d'un élève modèle. Véritablement en proie à des crises de colère de façon quotidienne, le jeune garçon semble s'engouffrer dans une spirale de violence jour après jour, cela résultant sur l'éventualité de dangereux conflits au-delà d'une exclusion définitive de son établissement.

Pourtant, cette haine que Kiku ne cesse d'extérioriser en malmenant chaque personne désirant lui faire face, ou professeur ne cessant de l'accabler, cache avant tout autre chose qu'une crise d'adolescence, mais bien évidemment des sentiments troublés par la pression qu'exerce la société et l'impossibilité de trouver réellement sa place.

Et c'est bien au niveau du caractère de Kiku que le scénario dévoilera au fil des pages ses subtilités. Nous verrons donc ce dernier évoluer, faire des rencontres qui deviendront sa réelle raison de vivre, mais aussi se confronter à une grande violence de la part de ces ennemis. Le récit se révèle ainsi très fort, et nous finissons rapidement par s'attacher et s'identifier à notre protagoniste. Nous rions, nous haïssons, nous voulons vivre libre, et nous dépassons les limites avec lui...

Les dessins, eux, sont dans la veine des titres de Takahashi. C'est à dire uniques, agréables et dotés d'une âme propre. Cela ajoutant finalement encore plus de crédit à l'histoire, et donnant parfois presque l'impression que celle-ci se déroule à quelques mètres de notre lycée adoré, Suzuran, et qu'une confrontation entre Bouya et Kiku pourrait éclater à n'importe quel moment.

En voilà une idée rocambolesque !

8
Puissant, attachant et drôle, Kiku se révèle un récit d'une grande beauté sur l'acceptation de soi au-delà de l'importance de s'ouvrir aux autres... Le tout englobé par le style si personnel d'Hiroshi Takahashi sublimant alors chaque page. Une autre pépite pour son auteur !

Partagez cette news :

par Asagari

Vraisemblablement passionné par le manga mais aussi la culture japonaise depuis mon enfance, je demeure ainsi un féru de la lecture papier au-delà d'un consommateur invétéré de ce genre. Sans réel style favori prédéfini, j'apprécie la majorité des titres car ils sont la recette d'une évasion réussie pour les lecteurs. Une opportunité alors agréable surtout durant des périodes bien sombres comme aujourd'hui.

Contenu associé

Kiku (Manga), Kiku T.1

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

0 commentaire