Critique To your eternity 1

Au commencement était une sphère qui devint pierre, puis mousse et enfin, loup. Immortel, cet être métamorphe déposé sur Terre, côtoie un jeune garçon abandonné, qu’il aide dans sa quête de compagnie et de bonheur, avant de poursuivre son chemin. Lors de son périple, l’être immortel apprend dans la souffrance et augmente ainsi ses performances corporelles. Puis un beau jour, il fait la rencontre d’une petite fille qui, du haut de ses 5 ans, devait être victime des coutumes de son peuple et être donnée en sacrifice au dieu de leur montagne.

Après nous avoir offert un titre percutant sur le handicap nommé A Silent Voice, Yoshitoki OIMA est de retour avec une nouvelle œuvre humaine, philosophique et poétique. Tel un enfant qui grandit et s’épanouit en fonction de ses expériences et ses fréquentations, nous suivons un personnage dont la forme n’est pas réellement définie, ni même ses origines. Pourtant peu expressif, on s’attache très rapidement à cet être métamorphe, notamment grâce aux protagonistes qui l’entourent et à ses expériences. L’auteure parvient une fois encore à faire ressortir les émotions de ses personnages grâce à un excellent travail de mise en scène, ainsi qu’à un dessin fin et précis qui confère à ces derniers des expressions faciales non équivoques, notamment au loup qui ne parle pas (ou presque !). Dès la première partie du tome, l’auteure chamboule le lecteur avec une histoire des plus touchantes : celle de la rencontre du loup immortel et d’un jeune garçon isolé suite à la disparition des personnes qui lui étaient chères. Mais malgré sa triste histoire, il possède un espoir infaillible et respire la joie de vivre. Le lecteur comprend alors très rapidement que Yoshitoki OIMA traite ici du sujet complexe qu’est la mort, sans aucun artifice et avec beaucoup d’aisance. Outre l’émotion perçue, l’auteure nous rappelle que la mort n’est qu’une étape de l’existence et que l’être disparu reste immortel à travers le temps grâce aux souvenirs transmis par la parole, l’art ou les traditions/coutumes. Ainsi, cette créature fantastique qui ne connaît pas le repos éternel, se révèle être la personnification même de cette idée d’immortalité des êtres par delà la mort.

Dans la seconde partie du tome, nous avons la perspective d’une série d’aventure. En insérant toujours quelques notions sur la mort et la crainte que l’on ressent à son égard, l’auteure nous propose une nouvelle rencontre attendrissante. En effet, l’être immortel, qui n’est encore qu’un « nourrisson » et ne connaît que trop peu le monde qui l’entoure, fait alors la connaissance d’une petite fille destinée à être sacrifiée pour le bien-être de son peuple. Cette dernière désire cependant vivre et atteindre l’âge adulte afin de devenir mère, malgré les coutumes qui l’incitent à prendre ses responsabilités. Cette volonté de fer la conduit alors à notre personnage immortel, à qui elle apprend quelques « règles » de vie. Pourtant étrange au vu de leur apparence respective, la relation maternelle qui naît alors, devient très rapidement touchante. On peut s’attendre à découvrir l’évolution de ces deux personnages qui semblent désormais très proches, au point que l’être immortel prenne des risques, malgré la souffrance, dans le but de porter secours à la jeune fille.

8
Doté d’un dessin plus soigné encore que pour A Silent Voice (en dépit de quelques petites irrégularités), To Your Eternity nous emmène dans un univers fantastique fabuleux avec une richesse émotionnelle incontestable. Yoshitoki OIMA se lance dans une nouvelle œuvre avec toujours cette volonté de transmettre un message profond à ses lecteurs, tout en leur apportant un divertissement de qualité.

Achetez To your eternityT.1 chez nos partenaires

Partagez cette news :

par Neginator

Site/blog perso : http://www.manganime.fr/

Contenu associé

To your eternity T.1, To your eternity (Manga)

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

1 commentaire

Avatar de thunder.eagle

Un manga que je vais tester car l'auteur a tout de meme fait a silent voice