Critique Dragon Ball Super 1

Voilà c’est fait ! Le premier tome des nouvelles aventures de Son Goku & cie est enfin sorti ! Et s’il est besoin de faire un rappel : cette suite à DRAGON BALL a d’abord pris la forme de deux films BATTLE OF GODS et THE RESURRECTION OF F qui ont, ensuite, ouvert le chemin pour le nouvel animé DRAGON BALL SUPER, qui s’est vu, pour finir, décliné en manga. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, n'est-ce pas !


Mais commençons par un moment de lucidité : le fait que cette version papier soit arrivée en dernier n’est pas vraiment une bonne chose. Le problème étant que la licence est mondialement connue, un monstre de popularité qu’on ne présente plus et qui laisse supposer que tout fan qui se respecte a forcément vu les films et/ou lu leur équivalent anime comics mais aussi - et j’y reviendrais après - les autres travaux de TORIYAMA….


C’est quelque chose qui personnellement m’insupporte. Il y a quelque chose de remarquable dans ces projets s’étalant sur plusieurs supports mais aussi incroyablement contraignant et irritant lorsque le lecteur est obligé de tout consommer pour être sûr d’avoir toute les informations. Et j’ai dû m’y plier car après avoir donc vu BATTLE OF GODS et lu THE RESURRECTION OF F, il est objectivement difficile de voir dans ce tome 1 une introduction satisfaisante. Pour éviter, je suppose, une longue redite des précédents projets aux plus fidèles, il a été décidé d’en proposer une version très raccourcie et parsemée d’ellipses. Un choix discutable pour ceux qui se lancent dans la suite de DRAGON BALL par cette nouvelle mouture trop précipitée, et discutable pour ceux qui connaissent déjà ces événements, car on a tout simplement l’impression d’avoir une version au rabais dans les mains !


L’effet de précipitation est, entre autre, énormément ressenti lors de la mise en scène des nouveaux modes Super Saiyan Divin (ou God - SSG) et le niveau Super Saiyan du Super Saiyan Divin (SS SSG)… C’est un peu ridicule, même pour DRAGON BALL qui reste une belle référence dans le domaine du level up ! Concrètement, j’étais moyen fan du mode d’acquisition de cette nouvelle transformation dans le premier film car facile et manquant de l’aura spectaculaire d’antan (un comble quand on sait qu’Akira TORIYAMA dirige et supervise le tout) mais le changement de niveau dans le second volet, bien qu’arrivant également en claquant des doigts (surtout pour Vegeta), était déjà plus satisfaisant car s’inscrivant dans la veine de DRAGON BALL Z. Le film a pourtant été exclu de ce récap… Cela aurait certes encore retardé le lancement de l’arc des univers 6 et 7 mais pourquoi donc l’introduire au détour d’une fin de chapitre pour ensuite le balayer par un encadré… Je suis perplexe face à ce choix dont l’alternative était simplement d’effacer toute mention des événements et cela n’aurait strictement rien changé au manga! Absolument rien.


Enfin, je vais aborder le cas JACO, personnage évoluant dans l’univers DB et introduit dans un one shot indépendant. Les crossovers peuvent être cools mais j’ai tout de même une question pour l'auteur... Si on n’est pas intéressé par le one shot du personnage, on fait quoi ? Autant dans les comics, tout est enchevêtré autant pour DRAGON BALL, le réflexe n’est pas le même et on se demande bien d’où sort cet alien de la patrouille intergalactique qui connaît Bulma et… sa sœur ?! C'est dommage.


En d'autres termes, je trouve que le choix de cet entre-deux censé satisfaire tout le monde est une belle erreur. D’autant plus lorsqu’au milieu de cette redite bâclée, on nous introduit au nouveau concept des 12 univers. Un concept qui devrait permettre à TORIYAMA d’enrichir la mythologie de DRAGON BALL, car en effet, quoi de mieux que de nouveaux univers à porter de main pour multiplier les possibilités de nouveaux arcs, mais visiblement, on va y aller doucement. PARADOXE. Un coup, c'est trop précipité, un coup, c’est trop basique.


Et trop gentillet. Je le redis, la nostalgie y jouant bien sûr son rôle, je suis bien plus friand des combats et de l’ambiance plus « sérieuse » de la série que j’ai connu alors que la diffusion l’arc Cell battait son plein et c’est donc avec une certaine difficulté que j’accueille ce retour en arrière en matière d’atmosphère générale. Le ton se veut léger et bon enfant, avec un Son Goku toujours à côté de la plaque et un Vegeta râleur, mais vire au ridicule à plusieurs occasions, notamment avec l’obsession de Beerus pour la bouffe (me rappelant un certain… Boo !) ou lors de l’excursion sur la planète Zuno ou encore à la rencontre du fameux guerrier surpuissant aux gros tétons… On est donc un peu loin de ce que j’aime chez DRAGON BALL et les quelques rares moments excitants en sont pas mal gâchés, que ce soit par le manque de travail de mise en place et de tension soit par la simplicité de la mise en scène (le combat contre le gros nounours...).


Pour finir sur une note plutôt positive, vous n’êtes pas sans savoir que Akira TORIYAMA n’est pas au dessin pour cette suite, laissant à son protégé TOYOTARO le privilège de mettre en image ce nouveau scénario. Les plus critiques et observateurs d’entre nous remarqueront sans trop de problème les différences entre les deux artistes. A titre personnel, le trait me parait un peu plus arrondi, moins incisif et nos héros… beaucoup plus sveltes avec des muscles plus affinés. C’est différent mais pas forcément mauvais et dans l’ensemble, je dirai même que TOYOTARO s’en sort admirablement bien. On lui reprochera surement son manque de régularité avec davantage d’approximations selon les planches. Des défauts qui s’estomperont sans trop de doute avec le temps et l’expérience.

4
DRAGON BALL SUPER volume 1 c’est donc avant tout une déception. Une déception car seule la moitié du tome est originale. Une déception car les personnages que sont Beerus, Champa, Whis et Vados manquent d’une aura correspondant à leur statut universel. Une déception car les nouveaux pouvoirs de nos héros sont imposés sans réel travail précurseur. Une déception car le début de l’arc des univers embraie sur une des ficelles les plus classiques du genre : un tournoi. Je suis sévère avec cette reprise car j’en attends beaucoup et j’attends qu’elle me fasse vibrer comme à la belle époque. Ce n’est pas tout à fait ça pour le moment mais je ne perds pas espoir. Les choses sérieuses ne devraient pas tarder à arriver.
  • Le retour de nos héros préférés
  • Le concept de multivers introduit
  • Le passif de DRAGON BALL qui nous rassure sur le potentiel de cette suite (teasing d'un arc futur en interview de fin)
  • Des dessins fidèles à l'esprit de la série, bien que perfectibles
  • Le résumé bâclé des films/anime comics
  • Un crossover dispensable
  • Des dieux de la destruction pas très sérieux
  • Des montées de niveaux non travaillées
  • Un manque de reconnexion avec Son Gohan, Piccolo & Cie
  • Un début de tournoi pas très inspiré

Achetez Dragon Ball SuperT.1 chez nos partenaires

Partagez cette news :

par Charlie One

Contenu associé

Dragon Ball Super (Manga), Dragon Ball Super T.1

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

5 commentaires

Avatar de Tori

Ah, concernant le personnage de Jaco, vu que son one-shot était clairement présenté comme étant une sorte de "Dragon Ball tome 0", ce n'est pas du tout un one-shot indépendant, il est logique que Dragon Ball super en reprenne des éléments (Jaco, Tights, la patrouille galactique (et son roi), l'interdiction des voyages dans le temps, etc.). Si c'était le personnage de Nekomajin, j'aurais compris, mais Jaco fait clairement partie de l'univers de Dragon ball. Il ne s'agit pas ici d'un crossover (Ce n'est pas comme quand Arale était apparue quand Gokû combattait le commandant Blue, par exemple). Tori.

Avatar de zephon

Pour ce qui est des dessins, Toyotaro s'affute encore, les dernières page pré-publié (sur l'arc blackgoku) sont vraiment pas mal

Avatar de Charlie One

Oui c'est vrai que l'on a beau élargir le champ des possibilités à un univers entier, on est paradoxalement restreint aux 3 mêmes personnages. En parlant d'imagination limitée, les champions de l'univers 6 ne sont pas en reste... Entre la grosse machine qui fait penser à un robot de l'armée du ruban et le premier adversaire dont j'ai déjà oublié le nom, ça n'a pas l'air bien extraordinaire. Ajoutons à cela la copie conforme (physique) de Freezer et un specimen de la race Saiyan pour le fan service facile de la reprise et au final il n'y a guère que le dernier participant qui m'intrigue... (>_<)

Avatar de Studiok2r

Alors n'ayant pas vu les films, mon premier réflexe après avoir lu les 3 premiers chapitres a bien évidemment été de récupérer les films pour me mettre à jour, car effectivement j'étais complètement largué. En revanche j'ai lu le One Shot sur Jaco et j'avoue que ça m'a fait plaisir de le revoir, même si je reconnais que si je ne l'avais pas lu, j'aurais été frustré qu'on m'introduise un personnage comme si j'étais censé le connaître (et sans avoir lu le one shot, tout le monde n'est pas forcément au courant de son existence). Ce qui me chiffonne en revanche, c'est la constitution de l'équipe pour le tournoi. Dans le film Dragon Ball Z : Fusions avec Janemba. On nous introduit déjà un concept de plusieurs galaxies où chaque Kaïo choisi son champion pour un tournoi. On se retrouve à découvrir qu'il existe de très nombreux grands guerriers dans de nombreuses planètes dans ce qui correspond finalement à l'univers 7 de nos héros. Et là il est question d'un tournoi entre 2 univers avec les 5 plus grands guerriers de chaque et comme par hasard les meilleurs de l'univers 7 (sauf 1) sont tous situés sur Terre. C'est un peu dommage de se limiter à ceux là (surtout Piccolo qui même si je l'aime bien est un peu à la ramasse désormais, ça n'aurait pas fait de mal qu'il soit remplacé par un nouveau personnage venant d'une autre planète). Après je n'ai pas encore fini la lecture de ce premier volume, mais malgré tout ça, n'étant pas très friand d'anime, je prend beaucoup de plaisir à retrouver tous ces personnages en manga et j'espère que rapidement ce sentiment d'histoire bâclée en introduction disparaisse avec la suite de l'histoire.

Avatar de eenangel

J'ai eu sensiblement la même réflexion quand j'ai lu le manga je me suis senti un peu perdu, limite je me suis demandé s'il n'y avait pas des pages qui s'étaient détacher du livre... J'ai bien entendu vu les 2 films et commencé à regardé la série, bon déjà c'était un peu lourd dans la série de se "refaire" les 2 films mais la c'est pire du coup on manque énormément d'information. Je n'ai perso pas lu le one shot "Jacot" donc je ne savais pas qui était ce petit alien, quand à la sœur de Bulma... Ca va franchement trop vite. Quand j'ai acheté le manga je me suis dit que j'allais devoir attendre 2 ou 3 tomes avant d'aller vers de l'inédit mais même si cela n'a pas encore rattrapé l'animé c'est déjà allez loin. J'avais hésité à me l'acheter et je me suis dit allez c'est Dragon Ball (il a mis GT aux oubliettes), j'aime bien l'animé alors je l'ai pris mais la je regrette un peu. J'espère que les prochains seront mieux.