Critique Lockdown 1

Après avoir semé le trouble dans un laboratoire de l'armée pour y avoir dérobé l'échantillon d'une mystérieuse arme biologique, une équipe de bio-terroristes décide de se replier dans un lycée afin d'y faire soigner leur leader blessé mortellement. Parquant les élèves par classe afin de mieux les gérer, c'est sur le comportement des élèves de 1ère A que toute leur attention va se focaliser. Entre temps, sur le point de mourir, la leader de l'équipe ordonne à ses subordonnés de lui injecter le mystérieux échantillon aux effets secondaires surprenants...

 

Énième survival zombie a être publié, Lockdown nous arrive dessus suite à une campagne marketing importante. Sorti il y a maintenant plus de deux ans au Japon, Ki-oon s'efforce de sortir le bestiau malgré une concurrence féroce en nous vomissant très clairement sur sa quatrième de couverture et clôturant un résumé imbuvable : "Avec déjà plus d'un million d'exemplaires vendus, Lockdown tient le Japon entier en haleine !".

 

Fond de tiroir, business... Pourquoi sortir ça maintenant ? Mais surtout que vaut réellement Lockdown ?

 

Ce qui m'énerve profondément avec ce genre d'oeuvre, ce sont les personnages qui restent particulièrement clichés. Les élèves de 1ère A en prennent pour leur grade, avec comme d'habitude l'éternel bon samaritain, le pervers méchant, le gentil faiblard, le noir américain, la niaise, la pisseuse, le loubard, le mystérieux...

 

Qu'on nous ressorte encore un survival, pourquoi pas. Mais donnez-nous des personnages avec de la consistance et de l'originalité!

En plus, tout se base sur un suspense digne d'une série télé du dimanche après-midi. Quand on commence Lockdown, on peut comprendre aisément que l'arme bactériologique n'est autre qu'un virus réduisant les vivants en zombies. A partir de là, que reste t-il ? La cause défendue par les terroristes ? Franchement on s'en moque tant leur personnalité reste cliché et fatigante. Même la leader saoule rapidement avec sa poitrine qu'elle dévoile toutes les deux minutes, sa passion à léchouiller tout et n'importe quoi, sa poupée à deux balles, son talent pour la ventriloquie et ses regards censés être menaçants. Bref, rien qui ne me donne envie de continuer pour ma part.

 

Le dessin n'apporte pas grand chose de plus, bien que maîtrisé, et ressemble à un dessin-animé à la sauce "cartoon network" : édulcorant à mon humble avis l'ultra-violence que l'on vient pourtant chercher dans ce récit. 

Enfin, les décors font défaut au reste car beaucoup trop synthétiques, lisses et détachés des personnages.

4
Digne d'une série télé jetable, Lockdown n'apporte rien de plus dans l'univers déjà très vaste des "Survival zombie". En plus d'être rempli de personnages clichés et fades, le dessin aux formes trop gentilles voire synthétiques enfonce le clou... Je passe volontiers mon tour.
  • Se consomme facilement...
  • ... mais n'a pas de saveur.
  • Scénario cliché à la sauce hollywoodienne.
  • Des personnages sans âme.
  • Un dessin qui ne colle pas à l'univers.

Achetez LockdownT.1 chez nos partenaires

Partagez cette news :

par Ksndr

Lecteur assidu et auteur (amateur) de mangas, je me passionne toujours autant pour la création, la lecture et la collection de nos petits livres en papier recyclé !

Site/blog perso : https://www.mangadraft.com/manga/3437-99

Contenu associé

Lockdown (Manga), Lockdown T.1

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

1 commentaire

Avatar de O_genki_desu_ka

D'accord avec vous, surtout que je n'aime pas les série avec Zombie. Il faut surtout féliciter Ki-oon pour leur marketing. Ils ont réussi à nous faire lire le premier tome.