Critique Bestiarius 4

Déjà très bon en terme de qualité grâce à des précédents volumes bien agréables, la redoutable série "Bestiarius" atteint clairement l'excellence par le biais de ce qui est déjà un inoubliable quatrième tome ! Florilège d'adrénaline, ce dernier ponctue de façon intelligente son épique récit autour d'un nouveau personnage étonnamment charismatique, le centurion Lucius Dias.

Ainsi malgré son allégeance, les différentes guerres comme confrontations qui se font ressentir remettent inévitablement ses convictions en doute. Chose clairement mise en évidence dès les premières pages où un simple discours avec une bête le pousse à la réflexion. Cet échange sera aussi l'occasion de découvrir brièvement un nouveau peuple bien intéressant, les puissants reptiliens, qui esthétiquement réussis rappellent les fameux Hommes-lézards de l'univers Warhammer.

Par la suite nous découvrirons avec plaisir la famille de ce farouche guerrier, mais nous apprendrons aussi que ces exploits sur le champ de bataille lui ont offert une promotion au sein de la garde personnelle de l'empereur. Encore une fois détestable, César rencontrera rapidement Dias et lui fera part de son plan : exterminer l'engeance Durandal/Finn.

Toujours dans la fluidité, l'auteur joue sur deux tableaux et montre d'un côté l'évolution de nos protagonistes avec un Arthur bientôt père, puis d'un autre l'armée romaine en marche prête à sortir les glaives sur ce que nos chers amis désirent éperdument protéger. Procédé surprenant, les premiers jets de sang seront présents très rapidement. Excellents, les combats sont en outre terriblement brutaux, néanmoins leur véritable point fort se révèle de prendre à partie complètement émotionnellement au-delà de physiquement le lecteur. Le tout, dans un déroulement d'une justesse impressionnante se termine d'une manière à déboiter la mâchoire.

De plus, si après cela notre souffle n'a pas encore retrouvé son rythme, la dernière partie du volume s'accentue de passages mémorables pour finalement s'achever d'une façon efficace qui ne laisse qu'une envie : "Je veux le cinquième tome !".

9
Epoustouflant ! Voici l'adjectif qui conviendrait le mieux afin de décrire ce quatrième volume. Toujours autant agréable à lire du début à la fin, c'est avec plaisir que nous découvrons chaque nouvelle page tant le récit comme le dessin happe respectivement notre lecture. Propriétaire d'un potentiel émotionnel très fort, ce tome de Bestiarius s'apparente simplement à une énorme dose d'adrénaline !

Achetez BestiariusT.4 chez nos partenaires

Partagez cette news :

par Asagari

Vraisemblablement passionné par le manga mais aussi la culture japonaise depuis mon enfance, je demeure ainsi un féru de la lecture papier au-delà d'un consommateur invétéré de ce genre. Sans réel style favori prédéfini, j'apprécie la majorité des titres car ils sont la recette d'une évasion réussie pour les lecteurs. Une opportunité alors agréable surtout durant des périodes bien sombres comme aujourd'hui.

Contenu associé

Bestiarius (Manga), Bestiarius T.4

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

7 commentaires

Avatar de Asagari

@FrEaK : Avec un grand retard, merci pour ton retour ;P !

Avatar de FrEaK

Extrêmement tardivement, je n'ai lu ce tome que seulement hier, et il est juste dingue !
Et ce moment phare en milieu de tome... émotionnellement, et dans ce contexte, et avec ces dessins... la claque !
Et au passage, ce tome signe un joli twist-minding chez le lecteur : en début de tome, on est pour les insurgés, en fin de tome on est pour Lucius :)
Après, je trouve un peu facile la ficelle en toute fin de tome, j'étais partagé entre "oh yes ! ça va être bon !" et "oh non, c'est reparti pour un tour (avec Durandall qui va encore se pointer au bon moment ?)..."
Ceci dit, je trouve cette série vraiment géniale, autant je n'avais pas du tout adhéré à Rainbow et Hideout, autant j'ai vraiment adoré Green Blood et c'est bien parti également pour Bestiarius !
Vivement la suite !!!

Avatar de Asagari

@Ecthelion: Seulement l'avenir pourra nous dire si mes espoirs ou tes craintes étaient fondés^^!

Avatar de Ecthelion

@Asagari j'espère vraiment que tu as raison j'aimerai vraiment que cette série décolle je pensais exactement comme toi à la fin du 2ieme volume qu'il allait vraiment lancer la série etc mais le 3ieme m'a profondément déçu comme expliqué plus bas ( puis bon le coup de la wyvern qui vient emporter tout le monde une fois ok mais pas deux )

Bref j'attends de voir sans réel optimisme

Avatar de Asagari

@Ecthelion: Autant je suis d'accord sur la réutilisation vis à vis du schéma narratif qui a été faite sur les précédents tomes, n'en demeure que ces derniers restent très bons à mon humble avis, mais personnellement je vois ce quatrième volume comme le véritable début de l'oeuvre. Les événements précédents n'étaient que les prémices d'une révolte, et les trois premiers volets démontraient des points de vue différents vis à vis des relations entre hommes et "bêtes". Il n'était donc pas surprenant de voir le tome 3 se terminer de cette façon.

C'est pourquoi je parle de "vrai" début, les événements présents ici seront l'élément déclencheur de la révolte, et je pense ainsi que d'ici les prochains volumes l'ensemble va s'accélérer, les personnages prendront alors de l'importance et le passage marquant de ce tome ne sera pas sans répercussions, n'en déplaise à un certain personnage.

Après je peux très bien me tromper, néanmoins je dois avouer avoir adoré ce tome, le tout est agréable à lire et prend littéralement aux tripes. Merci tout de même pour ton retour :) !

@Derelict: Merci pour ton retour Derelict, je suis totalement d'accord pour ton analyse du personnage, et oui super tome ! Vivement le prochain ;) !

Avatar de Derelict

Une énorme claque ce tome ;) dire qu'à la base Bestiarius était un one shot de 2 chapitres et n'avait pas spécialement vocation à devenir une série à plusieurs tomes, chapeau bas Mr Kakizaki.
De plus, on a enfin dans ce tome, un personnage qui casse le manichéisme présent dans les premiers tomes avec les "gentils gladiateurs" et les "méchants romains", chose qui était une des rares faiblesses qu'on pouvait reprocher à bestiarius, mais plus la série avance mieux elle est équilibrée tout en gardant ses qualités : de l'épique et des affrontements virils de haute volée. ET quel cliffhanger inattendu :o (lol)
Je rejoins pleinement d'Asagari dans sa chronique, super tome.

Avatar de Ecthelion

je ne peux pas être d'accords avec ça quand on voit que globalement l'arc qui commence va suivre le même schéma narratif que les 2 précédents ... Cette série avait tout pour plaire les dessins , le théme tout mais le scénario est nul et sans idée l'autheur réutilise encore et encore le même schéma narratif , bref pour moi grosse deception