• Critique The Royal Doll Orchestra par

    Cet avis porte sur la série principale et ne prend pas en compte le one-shot occupant la moitié du dernier tome.

    Imaginez. Imaginez qu'une mangaka aie enfin compris que les lectrices aussi pouvaient avoir envie de lire un manga porté sur autre chose que de la romance à la noix, avec quelques bonnes scènes d'action légèrement sanglantes, un scénario (si si je vous le jure! Dans un shôjo! C'est incroyable!) qui, même s'il ne va pas chercher bien loin, a le mérite d'être bien rythmé et mis en scène (à tel point que l'on ne s'ennuie jamais tout au long de la lecture, à faire si possible d'une traite), et dont deux des quatre personnages principaux sont de purs psychopathes.
    N'imaginez plus, Kaori Yuki l'a fait. Et même si le coup de l'héritier royal en disgrâce n'a rien d'original, l'aventure le ramenant à ses origines est intéressante et bien construite. L'enrobage est plaisant, lui aussi. On pourra toujours trouver bizarre l'idée d'abattre des zombies (parce que ces "guignols" ne sont rien d'autre) une bonne fois pour toutes avec la musique, mais les bons combats plus classiques sont là pour apporter une action franchement jubilatoire.

    Au final, on ne peut reprocher à Royal Doll Orchestra qu'un découpage des faits parfois confus, un épilogue en demi-teinte... et surtout, c'est quoi ces "quatre tomes et demi"? Il y aurait eu la place de faire un tome 4 plus épais plutôt que de meubler le dernier avec un one-shot que l'on n'a pas envie de lire, après la claque de l'histoire principale.

    Puis Kohaku flinguant des guignols à tout berzingue depuis le toit du véhicule, avec ce sourire de dingue, c'est tellement agréable à voir...
    A lire par tous, y compris par ceux qui comme moi ont tendance à fuir tout ce qui est étiquetté "shôjo".

    8

    Poison Lady - 09 avril 2011

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu The Royal Doll Orchestra ?
Ecrire une critique