• Critique Otogi Matsuri par

    Quand on a la réputation de "noter dur"; ça fait bizarre de mettre un 9/10 à un manga. Un 9 plus que mérité pour une oeuvre d'exception; un des meilleurs... non, LE meilleur manga que j'aie eu entre les mains. Difficile de trouver par où commencer d'ailleurs...

    ... Alors autant commencer par ce que l'on remarque dés que l'on ouvre le premier volume: les graphismes. Là où ailleurs il faut parfois attendre quelques tomes pour avoir un manga "agréable à l'oeil"; Otogi Matsuri se révèle tout de suite magnifique, détaillé, que ce soit dans l'expression de terreur des premiers personnages aperçus; ou le dessin absolument incroyable du premier yôkai rencontré. Pas vraiment un yôkai d'ailleurs, un "kenzoku"; c'est important de le préciser. Et vous n'avez pas encore vu les autres créatures; que vous êtes déjà totalement conquis par le trait de l'auteur.

    Scénaristiquement parlant; rien de bien original au premier abord. Des créatures de cauchemar ont été réveillées, il faut s'en débarrasser avant qu'il n'y aie trop de dégâts et surtout, de pertes humaines. Alors certes, il y a "quelque chose derrière" mais c'est ultra-classique (surtout quand on découvre les héros, dont je parlerai plus tard).

    Mais là où l'auteur excelle, c'est dans la mise en scène, le déroulement du récit, un suspense insoutenable qui ne nous lâche pas d'une semelle. Tout va de plus en plus vite, de plus en plus fort; on a réellement l'impression que la situation est grave dans la deuxième moitié du récit. Immersion. On est complètement immergés dans cette histoire sans parvenir à lâcher les livres.

    Enfin, les personnages sont vraiment attachants. A première vue là encore, on pourrait doucement rigoler. On découvre un lycéen banal qui acquiert par accident une arme surpuissante. Puis le prof taciturne qui va le guider dans cette histoire, possédant lui aussi une arme sacrée... On est tout de suite davantage intrigués par celui-là. On ne nous en dit pas beaucoup sur lui... Vient ensuite la gamine mûre et réfléchie, mais toujours de bonne humeur. On s'attache tout de suite à elle, et elle nous épate très rapidement. Enfin, on a droit au jeune voyou rebelle... en apparence... C'est de loin le plus touchant de toute l'équipe, d'autant que l'auteur ne lui épargne vraiment rien... mais je n'en dirai pas plus!
    Et il n'y a pas que les porteurs d'armes sacrées. Ici, les personnages secondaires ont une vraie place; à commencer par Yomogi, la jeune miko, toujours accompagnée par ses adorables renards magiques apprivoisés, source d'humour à quasi chaque apparition. Il y a aussi les amis d'enfance du héros, leurs soucis, leur volonté "d'aider"... Bref, les personnages principaux ne sont pas seuls pour porter le récit!

    De l'action, une mise en scène grandiose, un récit maîtrisé de bout en bout; et aucun reproche vraiment solide devant tout ça mais alors pourquoi n'ai-je pas mis le sacro-saint 10, tant qu'à donner une note que je ne redonnerai sans doute jamais?

    Parce que premièrement, tout ça se lit vraiment très vite, surtout la deuxième moitié des volumes. Le rythme du récit n'aide pas, mais il est vrai que les textes se raréfient au profit des combats (aussi bien menés soient-ils). Comptez 20 minutes grand max par tome pour la seconde partie.
    Enfin, à note exceptionnelle, critère exceptionnel: je vais oublier mon objectivité rien qu'une fois, et ne mettrai pas 10 parce que je déteste quand un auteur s'acharne sur un personnage en particulier... Surtout qu'ici, il s'agit du plus fragile émotionnellement parlant; et en plus, c'est mon personnage favori... Non, rien à faire, ça compte pour la note... xD


    Pour résumer tout ça; ruez-vous sur Otogi Matsuri, que vous aimiez le genre ou pas, c'est un titre indispensable à toute mangathèque!

    8

    Poison Lady - 25 mai 1970

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Otogi Matsuri ?
Ecrire une critique