• Critique Kid I Luck par

    L’humour est un concept extrêmement subjectif, variant d’une personne à l’autre mais aussi d’un groupe à l’autre. Ce qui est très drôle pour quelqu’un ne sera qu’amusant pour un autre, voir pas drôle du tout. Et la culture dans laquelle on baigne est un vecteur de l’humour qui s’y propage. Plus le décalage est grand entre un individu et une culture, plus la probabilité pour que ce dernier ne soit pas réceptif à l’humour lié à cette dernière est faible (essaye de raconter une vanne lié à Star Wars à ta grand-mère…).

    Kid I Luck est donc un manga qui parle d’humour, oui, mais d’une forme particulière que je ne connaissais pas, à base de jeu de mot et d’imagination lié à un thème donné (Exemple de thème : « Ce restaurant semble vieillot » réponse drôle : « cela explique pourquoi il y a du dinosaure à la carte » ). Perso, ça ressemble plus des petites vannes que l’on sort entre pote qu’à ce qu’ont attends d’un humoriste pro.

    Pour le synopsis, Kinjiro Yaoi est un bagarreur qui change du tout au tout dans son ami d’enfance est agressé après l’avoir laissée rentré chez elle toute seule. Reste cloitrée chez elle, Kinjiro cherche un moyen la sortir de son état, sans succès. Un jour en pleine déprime, en entendant une blague d’un duo d’humoriste que Kiroko aimait, Kinjiro rit au éclat et réalise que l’humour peut rendre le sourire à Kuriko alors il décide d’apprendre à être drôle.

    Le côté intéressant de Kid I Luck est donc l’idée qu’une personne pour qui l’humour n’a rien de naturel veuille devenir drôle. Cela donne des situations cocasses où les gens rient plus de lui qui de son « humour », sauf que « l’humour » présenté dans Kid I Luck m’a laissé complètement froid. Et c’est vrai qu’en dehors des mangas et de la J-pop je ne connais pas grand-chose de tout ce qu’englobe la culture japonaise moderne, dont les humoristes populaires. L’idée que des personnes se fassent des battle d’humour est sympa mais là je n’ai rien trouvé de drôle, jusque que certaines vannes étaient pas trop mal.

    Et c’est là tout le problème d’adapté un tel manga en France, l’écart culturel est si grand que pour certains concepts comme l’humour la compatibilité est très faible. Et l’humour n’est pas un exemple isolé des mentalités qui nous sépare, le cas du ministre qui a pleuré à la télévision pour avoir fraudé ou un truc comme ça nous avait paru ridicule, mais pas au Japon… Mais je m’éloigne du sujet.

    Au final Kid I Luck est un manga graphiquement efficace et au sujet intéressant, mais qui pêche par une durée de vie assez courte (3 tomes, on aurait en savoir plus sur certains persos secondaires) et son décalage culturel trop prononcé (quand l’on ressent moins dans les mangas culinaires par exemple car la culture française y est souvent présente).

    6

    znurlf - 20 mars 2017

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Kid I Luck ?
Ecrire une critique